Pour sa première année d’implantation dans la Technique en gestion hôtelière, le collège Mérici vise 25 inscriptions.

Lutte à la pénurie de main-d’œuvre: la méthode Mérici

Le collège Mérici s’attaque à la pénurie de main-d’œuvre. L’établissement scolaire condense les cours de son programme de Technique en gestion hôtelière sur trois jours, laissant quatre journées disponibles par semaine à ses étudiants pour travailler.

Tout au long de leur formation de trois ans, les étudiants en gestion hôtelière devront travailler dans un hôtel en plus d’assister aux cours donnés par l’établissement d’enseignement collégial privé. Le nombre d’heures de travail à cumuler par semaine varie au fil du programme. À la première session, un étudiant devra travailler au minimum entre huit et dix heures par semaine. Il sera rémunéré au même titre que les autres employés de l’établissement partenaire.

«Le manque de main-d’œuvre qualifiée qui frappe l’hôtellerie représente un frein important au développement de l’industrie» commente Marjolaine de Sa, directrice générale de l’Association hôtelière de la région de Québec. «On accueille l’initiative de Mérici à bras ouvert, une action qui assure une relève compétente et formée tout au long de l’année», a-t-elle ajouté.

Les hôteliers s’impliquent

Une soixantaine d’hôteliers de la région de Québec sont intéressés et doivent confirmer leur participation au programme ce printemps. Déjà les hôtels Germain, le Château Frontenac, le Hilton et l’hôtel 71 ont confirmé leur implication. «Ils ont d’ailleurs été partie prenante de notre réflexion. Nous avons eu des rencontres de validation avec les hôteliers», explique Lucie-Geneviève Gingras co-conceptrice du nouveau programme et enseignante à Mérici. Des étudiants et d’anciens étudiants ont également été rencontrés afin de confirmer l’intérêt et la pertinence de cette nouvelle formule d’apprentissage.

Une formule semblable avait été rapidement implantée dans le programme de Technique en gestion de la restauration l’automne dernier, alors que la pénurie de main-d’œuvre se faisait déjà sentir. Ce programme, arrimé à la nouvelle formule, avait alors accueilli une trentaine d’étudiants.

Pour sa première année d’implantation dans la Technique en gestion hôtelière, le collège Mérici vise 25 inscriptions. Le programme n’a pas de contingent fixe. Les étudiants ayant déjà commencé la formation continuent celle-ci selon les modalités prévues lors de leur inscription.