Le nouvel «espace entrepreneurial» permettra aux étudiants et aux chercheurs de l’Université Laval de développer et de tester leurs produits et services.

L'Université Laval, incubateur de jeunes pousses en 2018

L’Université Laval se dotera, en 2018, d’un «espace entrepreneurial» dans lequel les jeunes pousses créées par les étudiants et les chercheurs de l’établissement d’enseignement supérieur pourront développer et de tester les produits et les services qu’elles espèrent, un jour, commercialiser à grande échelle.

Cette nouvelle infrastructure physique apparaîtra dans le décor du campus au cours de l’été prochain, ont indiqué au Soleil Maripier Tremblay, professeure agrégée à la Faculté des sciences de l’administration, et Yves Plourde, directeur général d’Entrepreneuriat Laval.

L’entrepreneuriat, à l’Université Laval, occupe une place importante. En 2015, rappelons-le, Entrepreneuriat Laval décrochait le titre de premier accélérateur d’entreprises universitaires au monde décerné par UBI Global, un organisme de recherche international spécialisé dans l’analyse comparative d’incubateurs et d’accélérateurs d’entreprises universitaires.

Depuis 1993, plus de 700 entreprises sont nées en ayant eu recours aux services d’Entrepreneuriat Laval dont la mission est de développer une culture entrepreneuriale sur le campus.

«Ce qui manque actuellement, c’est un lieu d’hébergement dans lequel les entrepreneurs peuvent se regrouper et bénéficier d’une offre consolidée de services», explique Yves Plourde.

Pas de dédoublement

Maripier Tremblay, qui est aussi présidente du conseil d’administration d’Entrepreneuriat Laval, précise que l’avènement de l’«espace entrepreneurial» à l’Université Laval ne viendra pas dédoubler ce qui se fait actuellement dans d’autres incubateurs ou accélérateurs d’entreprises comme Le Camp, à Québec, ou AG-Bio Centre, à Lévis.

«La nouvelle infrastructure desservira une clientèle qui est encore aux études et dont le projet d’entreprise chemine dans les premières étapes de validation, précise-t-elle. «Nous nous efforcerons, évidemment, à entretenir une complémentarité avec Le Camp, AG-Bio Centre et le Parc technologique du Québec métropolitain.»

Pour financer l’aménagement de l’«espace entrepreneurial», l’Université Laval puisera dans la cagnotte de 103 millions $ attribuée en novembre par les gouvernements du Québec et du Canada pour la réalisation de différents projets d’infrastructure sur le campus ainsi qu’à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec et le Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale.

Depuis maintenant deux ans, une démarche institutionnelle stratégique est en cours à l’Université Laval pour canaliser les efforts qui se font un peu partout sur le campus afin de promouvoir l’entrepreneuriat chez les étudiants et les chercheurs.

À cet effet, la direction de l’université a mandaté un groupe de travail, le Comité d’action sur l’entrepreneuriat et l’engagement responsable (CASEER), qui est présidé par la doyenne de la Faculté des études supérieures et postdoctorales, Josée Bastien, et par le directeur de la Direction générale des programmes de premier cycle, Alain Faucher.

«Bien qu’il existe déjà plusieurs activités de reconnaissance dédiées à l’engagement social et de nombreuses mesures de soutien offertes aux jeunes entrepreneurs, l’Université Laval croit qu’il faut aller plus loin», fait valoir le CASEER sur le site Internet de l’Université Laval.

«L’Université veut, d’une part, promouvoir une véritable culture de l’entrepreneuriat responsable où chaque entrepreneur cherchera à prendre des décisions optimales en équilibrant la faisabilité de son projet et sa responsabilité sociale en créant une économie viable, et ce, au bénéfice de sa communauté.»