L'Université Laval

L'Université Laval dans le top 10 des meilleurs employeurs de Forbes

L'Université Laval se taille une place de choix dans le palmarès 2016 des meilleurs employeurs du magazine Forbes. L'institution de Québec arrive au 10e rang au pays, tout juste derrière un certain géant nommé Google.
Dévoilé cette semaine, le palmarès fait la part belle aux établissements d'enseignement postsecondaire. L'Université Laval (10), l'Université de Guelph (7), le Sheridan College (13), l'Université Queen's (17), et l'Université de Montréal (19) figurent dans le top 20.
Selon l'analyse de Forbes, le nerf de la guerre au Canada est la rétention des cerveaux au pays. Les établissements d'enseignement tirent ainsi bien l'épingle du jeu, puisqu'elles permettent de «poursuivre la formation» à l'interne.
Sur une échelle de 0 à 10, l'Université Laval a obtenu une note globale de 9,2. Le palmarès de Forbes se base sur des sondages réalisés auprès de 8000 Canadiens travaillant pour des entreprises de 500 employés ou plus dans 25 secteurs d'activité. 
Hydro-Québec 50e
De façon anonyme et sans l'intervention de leur employeur, les travailleurs devaient dire s'ils recommanderaient leur boîte à un individu en recherche d'emploi. Ils devaient également donner leur perception de la compétition dans leur propre industrie et ainsi coter d'autres entreprises incluses dans le coup de sonde.
Au terme de l'exercice, Forbes a réalisé un palmarès de 250 employeurs. Le top 3 est formé de BC Hydro, Vancity (institution financière) et ABB, qui détient notamment des bureaux à Québec.
Hydro-Québec arrive au 50e rang du palmarès. Elle se retrouve derrière plusieurs joueurs du secteur de l'énergie. Bien sûr BC Hydro, mais aussi Toronto Hydro, SaskPower et Hydro One devancent la société d'État québécoise.
Bombardier Transport arrive pour sa part 22e, TransCanada 44e, le gouvernement du Québec 120e et Radio-Canada 135e.