Les derniers préparatifs, jeudi, pour le Vendredi fou chez Louis Garneau Sports à Saint-Augustin-de-Desmaures.

Louis Garneau Sports prêt pour le Vendredi fou

Le Vendredi fou et la fièvre du magasinage qui s’en suivra jusqu’au Cyberlundi, Louis Garneau Sports les attend de pied ferme depuis des mois.

«C’est commencé depuis le début de la semaine!», indique Martin Trudel, le leader exécutif Ventes et Marketing de l’entreprise de Saint-Augustin-de-Desmaures.

Le concepteur et fabricant de vêtements et d’articles de sport fait circuler, depuis déjà quelques jours, ses rabais qui vont de 25 % à 70 % selon les produits proposés.

Il promet la livraison gratuite pour toutes les commandes.

«Le Vendredi fou et le Cyberlundi, c’est majeur», fait valoir Martin Trudel en entrevue au Soleil.

«En l’espace de quelques heures, nous réaliserons 30% de nos ventes en ligne pour une année entière.»

En ce jour de Vendredi fou, c’est le branle-bas chez Louis Garneau Sports.

«Tous les membres de l’équipe des ventes sont au poste. Eux, ils travaillent la broue dans le toupet depuis déjà plusieurs semaines — sept jours par semaine — pour préparer le Vendredi Fou et le Cyberlundi. Nos spécialistes des technologies de l’information sont aussi en état d’alerte. Il ne faut surtout pas qu’un bogue informatique quelconque vienne tout gâcher. Évidemment, dans nos entrepôts, tout le personnel nécessaire est à pied d’oeuvre», explique Martin Trudel.

Louis Garneau Sports possède des entrepôts à Québec, à Vancouver et à Newport au Vermont.

«C’est un peu problématique pour les horaires de travail de nos employés aux États-Unis, car c’est le long congé de la fête de l’Action de grâce chez nos voisins du sud.»

Au quart de tour

Le Vendredi fou et le Cyberlundi se préparent de longue haleine.

Il faut déterminer les produits qui seront en vente — et à quel pourcentage — et s’assurer d’en produire suffisamment pour répondre à la demande.

«Nous devons aussi tenir compte que nous avons deux autres canaux de distribution : nos magasins et ceux qui, comme Sports Experts ou La Vie sportive, vendent nos produits. Nous cherchons à obtenir une certaine cohérence entre les rabais offerts en ligne et ceux proposés dans les magasins.»

En ce qui a trait à la livraison des produits, Louis Garneau ne peut garantir le nombre de jours que ça prendra aux consommateurs pour recevoir leur marchandise. «Ça pourrait être d’un à cinq jours selon le lieu de livraison», indique Martin Trudel.

«Quand vient le temps du Vendredi fou et du Cyberlundi, le consommateur est généralement plus indulgent par rapport aux délais de livraison. Il sait très bien qu’il s’agit d’une période assez intense pour les marchands et les compagnies de transport. Pour lui, l’important, c’est d’avoir pu profiter de rabais substantiels sur ses achats.»

Par ailleurs, le conflit de travail à Postes Canada a obligé l’entreprise de Saint-Augustin-de-Desmaures à se tourner vers d’autres compagnies de transport.

Accentuer le virage

En août dernier, Louis Garneau avouait que son entreprise avait pris du retard en matière de commerce numérique.

Avec l’aide du gouvernement du Québec, il investira 2,6 millions $ pour accentuer son virage Web.

L’engouement des consommateurs pour le Vendredi fou et le Cyberlundi et pour les achats en ligne en général est indéniable, insiste Martin Trudel.

«Ils ont accès à une quantité illimitée de produits et à l’information pertinente sur chacun de ces produits. Et, surtout, ils économisent du temps. Du temps à passer en famille et avec des amis plutôt que dans les magasins.»