L'ouest du pays pèse sur les activités canadiennes de Couche-Tard

La situation économique précaire dans l'ouest du pays a pesé sur les activités canadiennes d'Alimentation Couche-Tard (TSX:ATD.B) au troisième trimestre en dépit de l'ajout de 278 stations-service Esso à son réseau au Québec ainsi qu'en Ontario.
Malgré une augmentation des marges sur le carburant, les ventes des établissements ouverts depuis au moins un an - un indicateur clé dans le secteur du commerce de détail - ont fléchi de 0,9 % au pays, alors que le volume de carburant par magasin comparable a décliné de 0,8 %.
«Les activités canadiennes ont été neutres sans Esso», a affirmé le président et chef de la direction de Couche-Tard, Brian Hannasch, mardi, au cours d'une conférence téléphonique visant à discuter des résultats du troisième trimestre, où l'entreprise a livré des résultats en deçà des attentes, ce qui a fait reculer son action en Bourse.
L'est du pays a offert une meilleure performance, a-t-il précisé, pointant au passage l'Alberta comme une province où la situation est plus difficile.
«C'est la même tendance depuis que nous avons vu le baril de pétrole passer d'environ 100 $ à près de 20 $», a commenté le grand patron de l'exploitant de dépanneurs et de stations-service.
M. Hannasch a estimé que la présence accrue de Couche-Tard en Ontario, grâce aux stations Esso, devrait avoir une incidence positive en ce qui a trait aux marges sur le carburant.
Si les marges ont été moins élevées qu'anticipées aux États-Unis, les volumes de carburants, en contrepartie, ont affiché une croissance de 15,7 % grâce aux acquisitions et à la croissance interne à l'extérieur du Canada.
«Même si ce trimestre est compliqué, Couche-Tard a répondu aux attentes avec des ventes comparables de carburant et de marchandises plus élevées aux États-Unis ainsi qu'en Europe», écrit l'analyste Irene Nattel, de RBC Marchés des capitaux, dans une note.
Sous les attentes
Pour la période de 16 semaines terminée le 29 janvier, la société établie à Laval a engrangé un bénéfice net de 287 millions $ US, ou 50 cents US par action, en hausse de 4,7 %, alors que son chiffre d'affaires s'est établi à 11,4 milliards $, en hausse de 22,3 %.
Abstraction faite des éléments non récurrents, son bénéfice ajusté a légèrement progressé de 0,7 %, à 303 millions $ US, ou 53 cents US par action.
Les analystes sondés par Thomson Reuters tablaient sur un chiffre d'affaires de 11 milliards $ US et sur un profit ajusté par action de 66 cents US.
«Malgré les turbulences observées dans l'ensemble du secteur du commerce de détail au cours du trimestre, nous continuons d'observer des résultats positifs», a souligné M. Hannasch.
Néanmoins, à la Bourse de Toronto, le titre de Couche-Tard a abandonné 4,77 %, ou 2,95 $, clôturant à 58,85 $.
Exception faite d'un recul au Canada, les ventes des établissements ouverts depuis au moins un an ont progressé de 1,9 % aux États-Unis et de 2,5 % en Europe.
Circle K
À l'exception du Québec, où le populaire logo au hibou demeurera visible, les bannières Mac's (Canada), Kangaroo Express et Statoil (Europe) sont progressivement converties en Circle K - la bannière mondiale de la société. Le logo Circle K coiffe maintenant plus de 1000 établissements en Amérique du Nord et 910 autres en Europe. D'ici la fin de l'exercice, la société espère avoir converti 1700 magasins et vise 2500 autres conversions l'année suivante.
Par ailleurs, l'acquisition des stations-service Esso ayant été réalisée au Canada, Couche-Tard prévoit que la clôture de son acquisition de 3,4 milliards $ US de CST Brands, aux États-Unis, sera complétée au cours de l'été, soit quelques mois après l'échéancier initial.
Cette transaction incite Couche-Tard à évaluer son portefeuille immobilier mondial afin de vérifier si elle peut réaliser des profits, par exemple en cédant certains emplacements à des promoteurs immobiliers.
«Nous allons nous pencher sur ce dossier au cours des prochains mois afin de mettre en place une stratégie visant à diversifier nos actifs non essentiels qui font partie de cette transaction (de CST Brands)», a dit M. Hannasch.