L’inflation canadienne accélère en avril avec le prix de l’essence

OTTAWA — L’inflation annuelle canadienne a accéléré en avril pour un troisième mois consécutif, notamment à cause de la hausse des prix de l’essence dans les provinces dotées de nouveaux systèmes de tarification du carbone.

L’indice des prix à la consommation a enregistré une hausse de 2,0 pour cent le mois dernier, comparativement à 1,9 pour cent en mars et 1,5 pour cent en février, a annoncé mercredi Statistique Canada. Cette décision a permis à l’inflation d’atteindre la cible de 2,0 pour cent privilégiée par la Banque du Canada.

Les six provinces qui ont vu l’instauration ou l’augmentation des redevances sur le carbone en avril ont enregistré des hausses plus importantes des prix à la pompe d’un mois à l’autre, a précisé l’agence fédérale dans son rapport.

Le gouvernement libéral fédéral a imposé des taxes sur les émissions de carbone au Nouveau-Brunswick, à l’Ontario, au Manitoba et à la Saskatchewan le mois dernier, parce que ces provinces ne disposaient pas de systèmes similaires. La décision du gouvernement fédéral a suscité la controverse et les gouvernements provinciaux se sont engagés à lutter contre les systèmes prescrits.

Le mois dernier, l’Île-du-Prince-Édouard a mis en place son propre système de tarification du carbone et la Colombie-Britannique a augmenté ses taxes existantes.

«Absolument, lorsqu’on augmente le prix de l’essence en appliquant le prix du carbone, cela va évidemment paraître dans les chiffres», a noté Alicia Macdonald, économiste principale au Conference Board of Canada.

Elle a ajouté que les redevances étaient l’un des facteurs qui exerçaient une pression à la hausse sur les prix à la pompe. Les autres comprenaient le passage annuel au mélange d’essence estival et la hausse des prix mondiaux du pétrole, a-t-elle souligné.

En vertu du programme fédéral de tarification du carbone, les libéraux ont indiqué que 90 pour cent des revenus recueillis seraient reversés aux ménages dans les quatre provinces. Les consommateurs obtiendront de loin la plus grande part parce que le gouvernement s’attend à ce qu’ils paient ultimement la plupart des nouveaux coûts, que leur seront retransmis par les entreprises.

Les prix de l’essence ont augmenté d’un mois à l’autre en avril dans toutes les provinces. Pris ensemble, les prix de l’essence ont augmenté de 10 pour cent.

En excluant l’essence, l’inflation a augmenté de 2,3 pour cent en avril par rapport à l’année précédente.

Les consommateurs ont payé davantage le mois dernier pour les coûts d’emprunt hypothécaire, les légumes frais et les véhicules automobiles le mois dernier, alors qu’ils ont constaté une baisse des prix des hôtels, des vêtements pour enfants et de l’équipement numérique.

La lecture de l’inflation pour le mois d’avril était conforme aux attentes des économistes.

En atteignant le point médian de la fourchette cible d’inflation de 1,0 pour cent à 3,0 pour cent de la Banque du Canada, le gouverneur Stephen Poloz ne devrait pas subir de pression immédiate pour modifier son taux directeur dans un sens ou dans l’autre.

«Cela ne fait que renforcer la notion selon laquelle la Banque du Canada est en attente», a observé Mme Macdonald.

La moyenne des trois indicateurs d’inflation de base de Statistique Canada a légèrement ralenti pour passer à 1,9 pour cent en avril, tandis qu’elle était de 2,0 pour cent le mois précédent. Ces indicateurs sont considérés comme de meilleures mesures des pressions sous-jacentes sur les prix parce qu’ils ne tiennent pas compte des éléments dont les prix sont plus volatils tels que l’essence et les fruits et légumes frais.

+