L’inflation est restée en deçà de la barre des 2 % pendant la plus grande partie de 2017. Elle n’avait pas été aussi élevée que celle du mois dernier depuis janvier.

L’inflation annuelle a accéléré à 2,1% en novembre, alimentée par l’essence

OTTAWA - L’inflation annuelle canadienne a accéléré à 2,1 pour cent le mois dernier, pour atteindre son plus haut niveau en près d’un an et signaler que la vigueur de l’économie avait commencé à faire grimper les prix à la consommation.

L’inflation du mois de novembre s’est avérée supérieure à celle de 1,4 % observée en octobre, a indiqué jeudi Statistique Canada. Elle a notamment été stimulée par la hausse des prix de l’essence et du transport aérien, par rapport à l’an dernier.

Ce résultat fait en sorte que la cadence annuelle de l’inflation, qui avait ralenti à un creux de deux ans de 1 % en juin, se trouve maintenant au-dessus de la cible de 2 % préconisée par la Banque du Canada. La banque centrale suit de près l’évolution de l’inflation avant de prendre ses décisions sur les taux d’intérêt. Sa prochaine décision à ce sujet est prévue pour le 17 janvier.

Des économistes ont estimé que la lecture de l’inflation appuyait leur prévision voulant que le gouverneur de la banque centrale, Stephen Poloz, recommence à hausser les taux dans les mois à venir.

Certains d’entre eux ont aussi noté que la robustesse de l’économie avait transpiré dans un autre rapport dévoilé jeudi par Statistique Canada: celui sur les ventes des détaillants. Ces dernières ont progressé de 1,5 % en octobre, ce qui était attribuable, en grande partie, aux ventes d’automobiles neuves.

«Avec l’élan économique qui semble se maintenir au quatrième trimestre (...) les arguments pour convaincre la Banque du Canada d’imiter la Réserve fédérale des États-Unis en haussant les taux d’intérêt s’accumulent. Il ne faudra pas être étonné si cela se produit plus tôt que tard», a expliqué James Marple, économiste principal de la Banque TD dans une note à ses clients.

«L’inflation ne semble soudainement plus si faible au Canada.»

L’inflation est restée en deçà de la barre des 2 % pendant la plus grande partie de 2017. Elle n’avait pas été aussi élevée que celle du mois dernier depuis janvier.

Les prix de l’essence à la pompe ont grandement soutenu la croissance du mois dernier. Ils ont grimpé de 19,6 % par rapport au mois de novembre 2016.

Mais les plus récentes données signalaient aussi une pression plus généralisée sur les prix. En excluant l’essence, l’inflation de novembre s’est établie à 1,5 %, une hausse par rapport à celle de 1,3 % d’octobre.

Deux des trois mesures de l’inflation de base - conçues pour éliminer certains éléments dont les prix sont plus volatils, comme l’essence - se sont raffermies le mois dernier. Ces mesures sont particulièrement étudiées par la banque centrale.

Du côté des différentes régions, l’inflation a accéléré dans toutes les provinces. Les plus importantes hausses de prix ont été observées au Manitoba et en Saskatchewan, où l’inflation s’est chiffrée à 3,2 % et 3,7 % respectivement.

Quant aux ventes au détail du mois d’octobre, elles ont montré des signes de croissance dans chaque province. La plus grande partie de cette hausse était attribuable à l’Ontario, au Québec et à la Colombie-Britannique, a précisé l’agence fédérale.

Les ventes en ligne des détaillants ont gagné 19,4 % en octobre, par rapport à l’an dernier. Cependant, elles ne représentaient qu’environ 2,6 % de l’ensemble des ventes au détail.