Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney, répond aux questions après avoir annoncé 43 millions de dollars de réparations et d'améliorations aux parcs provinciaux lors d'une conférence de presse à Calgary, en Alberta, le mardi 15 septembre 2020.
Le premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney, répond aux questions après avoir annoncé 43 millions de dollars de réparations et d'améliorations aux parcs provinciaux lors d'une conférence de presse à Calgary, en Alberta, le mardi 15 septembre 2020.

L’industrie du charbon modifie déjà le paysage pittoresque des Rocheuses en Alberta

Bob Weber
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
La décision du gouvernement conservateur de Jason Kenney de révoquer une politique qui protégeait depuis 1976 les versants est des Rocheuses contre toute exploitation de mines de charbon à ciel ouvert est déjà visible dans ce paysage pittoresque.

«Ils ont été très actifs là-bas», déclare Kevin Van Tighem, qui vit près de l’un des secteurs maintenant fortement convoités pour l’exploration et l’exploitation du charbon en Alberta.

Les pétitions s’opposant à l’initiative du gouvernement Kenney ont recueilli plus de 100 000 signatures et des personnalités artistiques de l’Alberta se sont élevées contre cette décision. Les éleveurs de la région et des communautés autochtones tentent de se tourner vers les tribunaux.

Des documents de la Régie de l’énergie de l’Alberta montrent que la permission a déjà été accordée pour des centaines de sites de forage et des kilomètres de routes qui traversent un habitat faunique essentiel et des territoires qui n’avaient jamais été touchés auparavant par l’exploitation minière.

«Le lendemain de l’annulation de la politique sur le charbon, nous avons commencé à voir des demandes d’exploration», soutient Katie Morrison, de la Société pour la nature et les parcs du Canada.

Ainsi, la société Cabin Ridge Coal installe 197 sites de forage dans des secteurs autrefois protégés par la politique du charbon. Elan Coal a été autorisée à exploiter 456 sites de forage et Montem Resources 71 sites.

Pas rassuré par les «mesures d’atténuation»

Presque tous les sites de forage se trouvent dans des habitats de grizzlis; l’habitat de la chèvre de montagne et du mouton sera aussi affecté. Mais les entreprises promettent de réduire les impacts environnementaux.

M. Van Tighem, ancien surintendant en chef du parc national Banff, n’est pas rassuré par ces «mesures d’atténuation», qui ne sont «jamais aussi bonnes que les promesses (des entreprises) et ne sont pas appliquées de manière aussi cohérente que le gouvernement voudrait bien nous le faire croire».

Mme Morrison ajoute quant à elle que depuis la révocation de la politique du charbon, les entreprises ont demandé à au moins deux reprises des exemptions aux règles qui les empêchaient de poursuivre leurs activités pendant les périodes sensibles pour la faune.

Peter Brodsky, porte-parole de la ministre albertaine de l’Énergie, Sonya Savage, a déclaré que le gouvernement prend très au sérieux les préoccupations citoyennes. Il a suspendu cette semaine toutes les ventes de baux sur des territoires autrefois protégés et il a annulé un petit nombre de ces baux, en remboursant 80 000 $, a-t-il souligné.

«Nous ne choisirons pas entre la protection de l’environnement pour les générations futures et les opportunités économiques: nous devons faire les deux et nous le ferons, d’une manière mesurée et écologiquement responsable», a-t-il soutenu dans un courriel.