Pour la première fois en cinq ans, les ventes de véhicules automobiles pour les six premiers mois de l’année n’ont pas progressé par rapport à l’année précédente au Canada.

Les ventes d’automobiles ralentissent

Pour la première fois en cinq ans, les ventes de véhicules automobiles pour les six premiers mois de l’année n’ont pas progressé par rapport à l’année précédente au Canada, a indiqué mercredi la firme DesRosiers Automotive Consultants.

Le groupe spécialisé dans le marché automobile du pays a dénombré 1036 677 ventes de véhicules automobiles légers au Canada depuis le début de 2018, ce qui représentait une baisse de 0,2 % par rapport aux ventes cumulatives records de 1039 068 véhicules pour la même période en 2017.

Il s’agissait du premier déclin en données cumulatives depuis un début d’année depuis mars 2013. En outre, la baisse des ventes de juin par rapport au même mois l’an dernier représentait le quatrième recul mensuel consécutif pour les ventes d’une année à l’autre.

Les ventes de véhicules neufs se sont chiffrées à 200 156 véhicules en juin, en baisse de 1,6 % par rapport à l’an dernier. Un gain de 1,4 % des ventes de véhicules utilitaires légers a été plus que contrebalancé par le déclin de 8 % des ventes de voitures automobiles.

General Motors est le seul constructeur automobile à avoir affiché une croissance de ses ventes au Canada par rapport à l’an dernier, avec une hausse de 1,8 %. Ses 27 638 véhicules vendus l’ont cependant laissé derrière Ford du Canada, qui a écoulé 31 179 véhicules le mois dernier. Fiat Chrysler s’est installé au troisième rang avec un total de 22 479 véhicules vendus.

DesRosiers a souligné que les constructeurs Genesis, Volvo, Smart et Land Rover, avaient enregistré en juin des croissances de plus de 20 % de leurs ventes.