Marc Garneau, qui a participé à un groupe de discussion sur le libre-échange lors de la rencontre hivernale de l’Association nationale des gouverneurs (NGA), a déclaré que le temps filait rapidement pour une ratification par le Parlement et qu’il ignorait si cela était possible sans la levée des tarifs douaniers.

Les tarifs pourraient compromettre la ratification de l’ACEUM, prévient Garneau

WASHINGTON — Le ministre des Transports, Marc Garneau, met en garde les législateurs américains sur le fait que le Canada aura du mal à ratifier le nouvel accord de libre-échange nord-américain si les tarifs des États-Unis sur les exportations d’acier et d’aluminium demeurent en vigueur encore longtemps.

M. Garneau, qui a participé à un groupe de discussion sur le libre-échange lors de la rencontre hivernale de l’Association nationale des gouverneurs (NGA), a déclaré que le temps filait rapidement pour une ratification par le Parlement et qu’il ignorait si cela était possible sans la levée des tarifs douaniers.

Le ministre a soutenu qu’il était «illogique» que la Maison-Blanche invoque la sécurité nationale pour justifier ces tarifs, imposés en mai dernier et toujours en vigueur malgré la signature l’an dernier de l’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM), une version mise à jour de l’ALENA.

Mais il a dit aussi que le Canada agirait «rapidement» après une levée des tarifs.

Larry Kudlow, conseiller économique du président Donald Trump et participant à un comité avec M. Garneau lors de la rencontre, a tenu à dire au ministre que le gouvernement Trump s’efforce de résoudre le problème des tarifs douaniers.

L’ambassadeur des États-Unis, David MacNaughton, a déclaré la semaine dernière qu’il estimait que les tarifs pourraient être levés d’ici quelques semaines, mais a refusé de fournir des détails supplémentaires.

M. Trump a mis fin à une exemption canadienne des tarifs douaniers le printemps dernier, dans un geste qu’il a reconnu plus tard comme une tactique de négociation, et le président a également déclaré que les tarifs seraient levés une fois l’accord signé.