Les grands soldes d'Après-Noël ont attiré des centaines de personnes mardi matin dans les centres commerciaux de Québec.

Les soldes de l’Après-Noël ont toujours la cote

La cuvée 2017 ne fera pas exception à la règle. Les soldes de l’Après-Noël ont toujours la cote. À 11h30 avant l’ouverture des portes de l’enseigne Best Buy à Laurier Québec, une trentaine de consommateurs étaient présents.

«Cela s’annonce une journée plutôt normale», note un photographe du Soleil par messagerie texte. Attendons de voir...

Sans surprise, à 13h, ils étaient des centaines de chasseurs d’aubaine lors de l’ouverture du magasin. Entre deux et trois cents. Comme quoi la tradition perdure.

Chaque année, le «Boxing Day» attire des milliers de consommateurs dans les centres commerciaux de la capitale. 

Selon un sondage commandé par le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD), publié la semaine dernière, les Québécois s’intéressent toutefois moins aux soldes de l’Après-Noël au profit du Vendredi fou et du Cyberlundi.

«Nous observons une diminution du taux de participation des Québécois aux soldes de l’Après-Noël. En contrepartie, 42 % des Québécois ont participé, cette année, aux ventes de la longue fin de semaine de novembre, une augmentation de 7 % par rapport à 2016», affirme Léopold Turgeon, président-directeur général du CQCD. «Nous expliquons cette tendance par un comportement d’achats réfléchi de la part des consommateurs, qui profitent des ventes qui précèdent les Fêtes pour effectuer leurs achats dédiés à cette période», poursuit-il.

Seulement 27 % des répondants au sondage ont souligné qu’ils participeront aux soldes de l’Après-Noël. De ce nombre, 42 % des consommateurs prévoyaient acheter des vêtements et des accessoires de mode, 24 % des articles électroniques et 12 % des articles de divertissement.

L’achat en ligne gagne aussi en popularité depuis des années. Le CQCD estime qu’en 2017, 31 % des Québécois effectueront un ou des achats sur Internet lors de l’Après-Noël, comparativement à 29 % en 2016.