Le chantier Halifax Shipyard, appartenant à Irving Shipbuilding, qui a récolté des contrats totalisant 25 milliards $ pour la construction de navires de combat

Les rivaux de Davie montent aux barricades

Irving Shipbuilding n’en démord pas. La Stratégie nationale de construction navale (SNCN) doit demeurer «intacte» et la construction des navires pour la Marine royale canadienne et la Garde côtière doit continuer d’être l’apanage exclusif d’Irving Shipbuilding et de Vancouver Shipyards.

Vendredi dernier, à l’occasion de l’annonce par le gouvernement libéral de l’attribution d’un contrat de 610 millions $ à Chantier Davie pour l’acquisition de trois brise-glaces et l’exécution des travaux préliminaires à réaliser sur le premier de ces trois bateaux afin qu’il soit mis en service dès l’hiver prochain, l’avenir de la SNCN a retenu l’attention, notamment à Halifax et à Vancouver.

Présents lors de la conférence de presse, Jean-Yves Duclos, le ministre de la Famille, des Enfants, et du Développement social et député de Québec et Steven MacKinnon, le secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics, de l’Approvisionnement et l’Accessibilité Carla Qualtrough, ont indiqué que le gouvernement Trudeau s’apprêtait à réviser la SNCN élaborée, à l’époque, par l’ancien gouvernement conservateur.

Tour à tour, les deux élus libéraux ont signalé qu’il y aura, à l’avenir, des opportunités pour Davie dans la cadre de la SNCN.

Rappelons qu’Irving Shipbuilding et Vancouver Shipyards avaient remporté la mise, en octobre 2011, au moment de l’annonce de l’identité des chantiers canadiens qui construiront des grands navires pour la Marine royale canadienne et la Garde côtière. Une cagnotte de 33 milliards $ s’étendant sur une période de 20 à 30 ans, estimait Ottawa à l’époque.

Chantier Davie, qui se relevait péniblement d’une faillite, n’avait rien obtenu.

Les propos prononcés, vendredi, par Jean-Yves Duclos et Steven MacKinnon au sujet de la refonte de la SNCN ont eu des échos jusqu’à Halifax.

Lundi, Irving Shipbuilding a diffusé un communiqué de presse dans lequel la compagnie s’étonne de constater que Davie est devenu un «solide partenaire» de la SNCN, au même titre que les deux autres chantiers qui, eux, ont été choisis à la suite d’un processus indépendant de sélection.

Irving Shipbuilding, qui a récolté des contrats totalisant 25 milliards $ pour la construction de navires de combat, estime que la SNCN reconnaissait, à l’époque, qu’il ne pouvait y avoir du travail pour plus de deux chantiers au pays.

Le constructeur naval de la Nouvelle-Écosse demande donc au gouvernement fédéral de ne laisser planer aucune «ambiguïté» qui pourrait éventuellement se traduire par une perte de contrats pour Irving Shipbuilding et Vancouver Shipyards aux mains de l’entreprise maritime de Lévis.

«Panique» à Halifax et Vancouver

À son tour, la direction de Davie s’étonne du fait qu’Irving Shipbuilding vient d’apprendre que la SNCN sera revue et corrigée par le gouvernement de Justin Trudeau.

«Ça fait pourtant un bout de temps que c’est dans l’air», soutient le vice-président des affaires publiques de Chantier Davie, Frédérik Boisvert.

Selon lui, la sortie publique d’Irving Shipbuilding illustre une «profonde inquiétude» de la part de l’entreprise néo-écossaise.

«La panique semble s’installer à Halifax et à Vancouver et Davie n’a rien à voir avec ça», prétend-il.

«Le problème est pourtant bien simple. Ni Irving Shipbuilding, ni Vancouver Shipyards n’ont livré un seul bateau depuis 2011 à la Garde côtière ou à la Défense nationale et les retards s’accumulent. Pendant ce temps, en marge de la SNCN, nous avons acheté et converti, en respectant scrupuleusement les délais et les budgets, un vraquier en navire ravitailleur — l’Asterix — pour répondre à un urgent besoin de la Défense nationale. Et nous sommes prêts à commencer les travaux pour convertir le petit frère de l’Asterix, l’Obelix», fait valoir Frédérik Boisvert en insistant pour dire que Davie, qui possède 50% de la capacité de construction navale au pays, n’attendait qu’un coup de fil d’Ottawa pour construire d’autres bateaux pour le gouvernement fédéral.

«Nous arrivons dans le portrait avec un modèle d’affaires tout à fait nouveau en vertu duquel nous assumons tous les risques. Et ça suscite de l’intérêt à Ottawa alors que les bateaux de la flotte de la Défense nationale et celle de Garde côtière rouillent plus vite qu’ils ne sont remplacés.»

Selon Chantier Davie, les travaux réalisés par Vancouver Shipyards pour la construction d’un brise-glace polaire accuseraient un retard de 11 ans et les coûts auraient grimpé de 720 millions $ à 1,3 milliard $. Dans le cas des navires de soutien interarmées, le retard serait de six ans et le montant de la facture aurait explosé, passant de 504 millions $ à 2,1 milliards $.