Les Québécois ont augmenté leurs dépenses pour des produits donnant accès aux contenus culturels dématérialisés, tels que les services d’accès à Internet, de téléphonie cellulaire et d’accès au câble et autres services de télédistribution.

Les Québécois consomment plus de contenu culturel dématérialisé

MONTRÉAL — Les Québécois ont augmenté leurs dépenses pour les produits permettant d’accéder aux contenus culturels dématérialisés au cours des dernières années, selon les données d’une étude de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ).

L’étude, publiée mardi par l’Observatoire de la culture et des communications de l’ISQ, indique toutefois que l’augmentation de ces dépenses s’est faite au détriment de celles destinées aux produits culturels traditionnels.

Ainsi, de 2010 à 2015, les ménages québécois ont modifié la manière dont ils répartissent leurs différentes dépenses à l’intérieur de leur budget destiné à la culture et aux médias.

Ils ont augmenté leurs dépenses pour des produits donnant accès aux contenus culturels dématérialisés, tels que les services d’accès à Internet, de téléphonie cellulaire et d’accès au câble et autres services de télédistribution.

Les dépenses pour l’ensemble de ces services de télécommunication ont augmenté de 384$, passant de 1314$ en 2010 à 1698$ en 2015.

Pendant la même période, les autres dépenses pour la culture et les médias ont diminué de 342$, passant de 1395$ à 1053$.

«Ces constats permettent de faire l’hypothèse que les ménages québécois ont transféré vers les services de télécommunication les montants qu’ils dépensaient autrefois pour les produits culturels traditionnels [livres, CD, DVD, entrées au cinéma, etc.] et les équipements destinés à leur consommation [téléviseurs, systèmes audio, etc.]», écrit l’ISQ.

«La façon dont je peux le voir, c’est principalement que l’enveloppe restant la même, il semble y avoir un certain transfert des dépenses de l’un vers l’autre», confirme la chargée de projet à l’Observatoire de la culture et des communications de l’ISQ, Marik Danvoye.

L’étude indique que les services d’accès à Internet et de téléphonie cellulaire représentaient à eux seuls 41% des dépenses culturelles des ménages québécois en 2015, avec une dépense moyenne par ménage de 1140$.

«Le matériel informatique aussi a diminué, donc ça donne un peu un sens [que les gens vont] vers le cellulaire, vers tout ce qui est dématérialisé», conclut Mme Danvoye.