Dans ses premiers commentaires publics depuis qu’il dirige la banque centrale américaine, Jerome Powell a dressé le portrait d’une économie qui gagnait de la vigueur.

Les perspectives économiques sont solides, selon la Fed

WASHINGTON — Le président de la Réserve fédérale des États-Unis a indiqué au Congrès, mardi, que les perspectives de l’économie américaine «restaient solides» malgré les récentes turbulences du marché boursier, ce qui laisse la banque centrale sur le chemin des hausses graduelles de taux d’intérêt.

Dans ses premiers commentaires publics depuis qu’il dirige la banque centrale américaine, Jerome Powell a dressé le portrait d’une économie qui gagnait de la vigueur et a souligné qu’il avait l’intention de conserver l’approche de sa prédécesseure, Janet Yellen, en ce qui a trait aux taux d’intérêt. La Fed a haussé son taux directeur à trois reprises l’an dernier, et elle a déjà signalé qu’elle avait l’intention de le hausser trois nouvelles fois en 2018.

Dans sa déclaration, M. Powell a rendu hommage aux importantes contributions de Mme Yellen pendant ses quatre années à la tête de la Fed. Il a ajouté qu’ils avaient travaillé ensemble pour s’assurer d’une «transition harmonieuse du leadership et offrir une continuité dans la politique monétaire».

Évoquant les brusques écarts connus par les marchés boursiers plus tôt en février, M. Powell a assuré que la Fed ne «considérait pas que ces développements avaient une grande importance pour les perspectives de l’activité économique, du marché du travail et de l’inflation».

M. Powell, qui a obtenu les rênes de la Réserve fédérale le 5 février, avait été désigné en novembre comme le nouveau patron de la banque par le président américain Donald Trump, qui a choisi de ne pas accorder de second mandat à Mme Yellen. M. Powell, un républicain, faisait partie des sept membres du conseil de la Fed depuis 2012.

Hausses de taux en vue

La Fed a haussé son taux d’intérêt directeur d’un quart de point à cinq reprises depuis décembre 2015. 

Précédemment, elle l’avait gardé à un creux record, près de zéro %, pendant sept ans, pour aider le pays à se remettre de sa pire récession depuis les années 1930. 

Même avec ses récentes hausses, le taux directeur se situe actuellement entre 1,25 % et 1,50 %, ce qui reste faible. Mais plusieurs taux du marché, incluant les taux hypothécaires résidentiels, ont commencé à progresser en anticipation des hausses de la Fed.

Plusieurs économistes croient que la Fed, qui a haussé ses taux pour la dernière fois en décembre, le fera de nouveau lors de sa prochaine rencontre, en mars. Certains analystes croient que la banque centrale pourrait procéder à plus de trois hausses cette année, tout dépendant de la direction qu’empruntera l’inflation.