Des pêcheurs de homards, Claude Nadeau et son fils Martin, aux Îles-de-la-Madeleine.

Les pêcheurs de homard des Îles déposent une plainte contre Costco

L'Office des pêcheurs de homard des Îles-de-la-Madeleine dépose une plainte contre Costco devant l'Office de protection du consommateur pour représentation fausse et trompeuse, parce que le géant du commerce à grande surface a vendu samedi et dimanche du homard de la Nouvelle-Écosse en l'affichant comme du homard des Îles-de-la-Madeleine.
Un tel affichage a été réalisé au magasin Costco de Pointe-Claire et rapporté dimanche à Claude Régnier, négociateur de la convention de mise en marché de l'Office des pêcheurs de homard des Îles et avocat de l'organisme.
Costco y avait installé un vivier et affichait «Le homard des Îles-de-la-Madeleine, de la mer à votre assiette». Tout laissait croire que les crustacés du vivier venaient de l'archipel. L'ennui, pour Costco, c'est que le début de la saison de capture du homard est reporté quotidiennement depuis samedi. Il n'y a présentement pas de homard vivant des Îles à vendre, nulle part.
«Je suis consommateur et je grimpe dans les rideaux, le mot est faible, quand je vois qu'on essaie de me passer ce genre de manoeuvre», dit Me Régnier.
Il a d'une part porté plainte devant l'Office de protection du consommateur contre Costco et contre l'acheteur Homards du Cap des Îles, qui approvisionne le géant du commerce quand la pêche est ouverte dans l'archipel. Costco et Homards du Cap des Îles ont aussi reçu une mise en demeure visant à faire cesser cet affichage trompeur.
D'autre part, l'Office des pêcheurs de homard a déposé une plainte au ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) afin que le permis d'acheteur de Homards du Cap des Îles soit révoqué.
Respect de la plus-value
La direction de Homards du Cap des Îles a toutefois fait valoir, avec succès, qu'elle n'y était pour rien dans l'affichage de Costco. L'Office des pêcheurs de homard a retiré ses deux plaintes, tant au MAPAQ qu'à l'Office de protection du consommateur (OPC).
«M. [Serge] Renaud, de Homards du Cap, les avait avisés [les gestionnaires de Costco] plusieurs jours avant que ce serait du homard de la Nouvelle-Écosse», précise Me Régnier.
Il invoque l'article 219 de la loi sur la protection du consommateur pour convaincre l'OPC, qui examine la plainte, de pousser le recours en droit pénal. L'article 219 porte sur les affiches fausses et trompeuses. Ce type de recours peut déboucher sur des amendes de 5000 à 10 000 $.
«Notre but, c'est d'éviter que ça se reproduise et de faire respecter l'identification, la plus-value du homard des Îles, où l'on a fait de gros efforts de mise en marché depuis plusieurs années. Qu'on ne vende pas du homard d'ailleurs sous l'appellation de homard des Îles», dit M. Régnier. Pietro Nenci, porte-parole de Costco, ne cherche aucun faux-fuyant et concède que «c'est une erreur humaine» qui est à l'origine de l'affichage. «On avait avisé les entrepôts et les gens le savaient. Ce n'était vraiment pas volontaire. On va regarder à l'amélioration de nos procédures. La correction a été faite dès que ça a été signalé. On ne s'était jamais trompé».