Les employés de Revenu Québec ayant ayant pu accéder à leurs bureaux en matinée pourraient se voir refuser l'accès plus tard en journée s'ils ne restent pas sur place sur l'heure du dîner.

Les non-grévistes de Revenu Québec invités à apporter leur lunch

Apportez votre lunch! Tel est le message que la direction de Revenu Québec a envoyé à ses employés qui ne seront pas en grève jeudi et vendredi dans la capitale, alors que les syndiqués membres du front commun constitué pour cette ronde de négociations mènent cette semaine une deuxième série de débrayages.
Les non-grévistes qui sortiront à l'heure du midi pourraient bien ne pas pouvoir rentrer au travail, auquel cas ils seront privés de salaire ce jour-là, prévient la direction. Un employé averti en vaut deux!
Envoyée lundi par courriel, la consigne s'adresse aux membres du Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement oeuvrant chez Revenu Québec, à ses conseillers en gestion des ressources humaines, à ses avocats, ainsi qu'à ses employés non syndiqués.
L'agence leur rappelle d'abord que les syndiqués membres du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) feront grève jeudi et vendredi, ainsi que les 1er, 2 et 3 décembre. Les autres devront donc se gouverner en conséquence.
Accès bloqués
Voici des extraits de la missive obtenue par Le Soleil. «Vous devez, lors de manifestations bloquant les accès aux lieux de travail, appliquer les instructions déjà émises et entrer au travail lorsque les accès sont libres ou sécurisés par les policiers ou les agents de sécurité afin de vous assurer du maintien de votre traitement.»
«Pour les employés qui auront eu accès à leur lieu de travail au cours d'une journée, nous prévoyons qu'il n'y aura pas de tentative ultérieure pour faire ouvrir les lignes de piquetage», indique la direction de Revenu Québec.
Puisqu'il est possible que les accès demeurent bloqués par les grévistes du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec plus tard en journée, l'agence avise ses autres employés «qu'il y aura coupure de traitement pour ceux qui sortiront de l'établissement» et qui seront empêchés d'y revenir.
«En conséquence, nous vous conseillons d'apporter tout ce dont vous avez besoin [lunch, médicaments, etc.] afin d'éviter de devoir sortir au cours de la journée», conclut la missive.
Revenu Québec force les non-grévistes à rester sur place pendant l'heure du dîner, mais ne s'engage pas en contrepartie à les payer durant ce temps-là, déplore Marc Migneault, président du syndicat des avocats et notaires de l'État québécois.
Selon ses membres, la gestion par la direction de Revenu Québec de la première journée de grève exercée par le SFPQ, le 27 octobre, a été «catastrophique» au siège de l'agence de la rue Marly, à Québec.
Ces dernières heures, d'autres entités gouvernementales ont envoyé à leurs employés une consigne semblable à celle de Revenu Québec.