Les marchés terminent une semaine en montagnes russe sur une note positive

TORONTO — Les marchés nord-américains ont rebondi, vendredi, au terme d'une semaine en montagnes russes pour les investisseurs en raison des préoccupations entourant un ralentissement de la croissance économique et des échanges commerciaux.

L'indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a clôturé en hausse de 137,26 points, à 16 149,79 points - ce qui ne l'a pas empêché d'afficher un recul en ce qui a trait à sa performance hebdomadaire.

Du côté de Wall Street, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a reculé pour une cinquième semaine consécutive, mais a néanmoins terminé la journée en affichant un gain de 306,62 points pour clôturer à 25 886,01 points. L'indice élargi S&P 500 a terminé à 2888,68 points, en hausse de 41,08 points, tandis que l'indice composé du Nasdaq a avancé de 129,38 points, à 7895,99 points.

Cette remontée a été stimulée par les signaux envoyés par l'Allemagne selon lesquelles le pays est disposé à intervenir pour soutenir l'économie si elle devait continuer à se dégrader, a estimé Phillip Petursson, directeur des investissements chez Gestion d'actifs Manuvie.

«Je pense que le marché interprète cela comme la possibilité qu'il puisse y avoir une (...) réponse face au ralentissement économique mondial», a-t-il indiqué, au cours d'une entrevue.

M. Petursson ne croit toutefois pas que la remontée de vendredi était justifiée étant donné que rien ne s'est vraiment amélioré.

«Les données économiques continuent à être assez faibles et si je les examine tous les trois mois, tous les six mois, tous les douze mois, rien ne s'est vraiment amélioré, a-t-il dit. Une grande partie de ces données que nous examinons vient de se détériorer.»

Il a notamment souligné que la relation commerciale entre Pékin et Washington n'allait pas en s'améliorant même si le président américain Donald Trump a décidé de retarder l'entrée en vigueur de tarifs douaniers de 10 pour cent sur certains biens de consommation.

En repoussant l'imposition de ces nouvelles mesures jusqu'au 15 décembre, on ne fait que retarder la riposte chinoise, a estimé M. Petursson.

La reprise de vendredi en partie être attribuable à des investisseurs qui espèrent que la Réserve fédérale américaine va décider de réduire les taux d'intérêt de façon plus importante le mois prochain. M. Petursson a toutefois ajouté que même si la Fed réduisait les taux de 50 points de base, cela ne changerait en rien aux tensions commerciales entre les deux plus grandes économies du monde.

À son avis, la volatilité des derniers jours s'explique notamment par une lutte entre les optimistes et pessimistes.

«L'optimiste espère que nous assisterons à un dénouement significatif des tensions commerciales et que les banques centrales du monde entier vont agir afin de répondre au ralentissement», a-t-il déclaré.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s'est négocié au cours moyen de 75,27 cents US, par rapport à son cours moyen de 75,05 cents US de la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le prix du baril de pétrole pour livraison en septembre a avancé de 39 cents US, à 54,81 $ US, tandis que le prix du lingot d'or pour livraison en décembre a glissé de 7,60 $ US, à 1523,60 $ US l'once.

Le prix de la livre de cuivre pour livraison en septembre est demeuré inchangé, à 2,59 $ US.