Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Dans certains sites, un marchand peut être considéré comme local uniquement parce qu’il est canadien.
Dans certains sites, un marchand peut être considéré comme local uniquement parce qu’il est canadien.

Les limites de l’achat local avec le magasinage en ligne

Paul-Robert Raymond
Paul-Robert Raymond
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Vous magasinez en ligne dans un site transactionnel réputé pour la vente de produits d’artisans. Vous trouvez l’objet convoité qui est offert par un «vendeur local», tel que mentionné sur le site.

Voilà ce qui fait votre affaire, vous qui êtes conscient de l’importance de l’achat local. Une fois rendu à payer pour le produit, vous constatez qu’aucune taxe de vente (TPS et TVQ) n’est facturée. Bizarre. Une recherche sur Internet vous informe que le fournisseur est basé au Royaume-Uni. Pour l’achat local, on repassera...

C’est ce qui est exactement arrivé à un lecteur qui souhaitait se procurer des numéros de porte pour sa demeure. Le site transactionnel Etsy indiquait que le vendeur était «local». Après vérification, Etsy ne propose qu’un seul filtre de recherche pour la proximité, soit le Canada «d’un océan à l’autre».

Or, en cochant ce critère, le fournisseur peut se trouver en Colombie-Britannique ou en Nouvelle-Écosse, en passant par toutes les autres provinces.

«Dans le fond, si bien qu’on ne peut commenter à propos des boutiques individuellement, la mention “vendeur local” sur Etsy est basée sur l’information fournie par le vendeur sur l’endroit d’où il envoie ses produits», répond Julia Ranalli, directrice des communications chez Etsy Canada.

C’est ce qui explique pourquoi un commerce du Royaume-Uni est considéré comme «vendeur local». Une recherche dans les réseaux sociaux a permis d’apprendre que le fournisseur britannique des numéros de portes a une adresse dans la région de Toronto, d’où il envoie ses commandes.

Passer par le Panier bleu?

Est-ce qu’il serait préférable de passer par le Panier bleu (www.lepanierbleu.ca) si on veut être sûr qu’on achète bel et bien québécois? Probablement. 

Toutefois, rien ne nous garantit que le site québécois ne fait pas de la livraison directe (ou dropshipping en anglais). Dans ce cas, le fournisseur n’a pas le produit en mains et fait affaire avec un grossiste — généralement étranger — qui livre directement au client.

Le site transactionnel répertorié dans les moteurs de recherche facturera plus cher que si on commande auprès d’autres fournisseurs étrangers. La facture peut passer du simple au quadruple ou même plus, selon des cas vus dans des émissions consacrées à la consommation.

Et cela, sans la certitude que le produit est fabriqué ici au Québec. Ce qui ne sera probablement pas le cas...