Les libéraux fédéraux tournent encore le dos à un appui à la Davie

Pour une deuxième journée consécutive à la Chambre des communes, les élus du Parti libéral du Canada ont refusé d’appuyer, jeudi, une résolution du Bloc québécois exigeant qu’Ottawa fasse une place à Chantier Davie dans sa Stratégie nationale de construction navale.

Les députés du Parti conservateur et du NPD ont appuyé la résolution présentée par le député bloquiste de Terrebonne, Michel Boudrias. Ladite résolution se lit comme suit :

«Que cette Chambre reconnaisse l’expertise de Chantier Davie — qui représente 50 % de la capacité de production du pays — et qu’elle exige du gouvernement un réajustement de sa Stratégie nationale de construction navale afin de bénéficier au maximum de la capacité de production de Davie.»

Mercredi, à l’Assemblée nationale, les élus de tous les partis, y compris ceux du gouvernement libéral, ont approuvé une résolution quasi identique.

«Ce que nous leur demandons n’a pourtant rien de surnaturel», fait valoir le député Boudrias. «Le chantier de Lévis est reconnu comme étant le meilleur en Amérique du Nord. Ottawa investira près de 100 milliards $ au cours des 20 à 30 prochaines années pour le renouvellement de sa flotte. Là-dessus, pas une cenne pour le Québec. C’est soit de la mauvaise foi, soit de l’incompétence.»

Michel Boudrias promet de continuer de talonner les «rouges». «Les 40 députés libéraux du Québec devraient avoir honte de ne pas être capables de se porter à la défense du Québec. À quoi sert-il de voter pour le parti au pouvoir si les députés émanant du Québec sont dégriffés et apathiques lorsqu’il s’agit de défendre nos intérêts nationaux?»

Avec la fin des travaux sur le navire ravitailleur Asterix, 500 travailleurs de Davie vont perdre leur gagne-pain avant la fin du mois de novembre et 300 autres avant Noël.