Les Industries A.P. doit entre autres 3,1 millions $ à ses créanciers garantis, soit Investissement Québec, la Banque de développement du Canada, la Société d'aide au développement de la collectivité de Lotbinière et la Banque Royale du Canada.

Les Industries A.P. doit 4,2 M$ à ses créanciers

Selon le syndic Mark Bernier de la firme Raymond Chabot, la plupart des consommateurs touchés par la faillite du fabricant de meubles Les Industries A.P. de Laurier-Station s'en tireront sans trop de conséquences.
«Plusieurs d'entre eux ont déjà communiqué avec l'émetteur de leur carte de crédit afin de demander le remboursement de leur dépôt», explique-t-il au Soleil en soulignant que la plupart des acheteurs avaient payé leur dépôt avec leur carte de crédit.
D'autres consommateurs pourront réclamer leurs biens qui dorment actuellement dans les entrepôts et qui devaient être livrés dans les jours suivant le dépôt de l'avis de faillite le 17 septembre. Ils auront le choix de refuser la marchandise étant donné que la garantie habituellement fournie par le fabricant ne pourra l'être dans ce cas-ci, le fabricant ayant mis la clé sous la porte.
Les consommateurs peuvent aussi remplir une preuve de réclamation qu'ils retrouveront sur le site Web du fabricant de meubles (www.lafabriquedumeuble.com) et la transmettre au syndic. Ils auront droit, le cas échéant, à un dividende à titre de créanciers non garantis au terme du processus d'administration de la faillite.
La firme Raymond Chabot convie les consommateurs intéressés à une séance d'information qui se tiendra le 1er octobre, à 16h, à ses bureaux au 140, Grande Allée Est, 2e étage, à Québec. «Nous aiderons les consommateurs à remplir leur formule de réclamation», a indiqué Mark Bernier.
Quant à l'assemblée des créanciers, elle se tiendra le 7 octobre au bureau du séquestre officiel (1550, avenue D'Estimauville, 7e étage).
3,1 millions $ en créances garanties
En tout et partout, Les Industries A.P. doit 4,2 millions $ à ses créanciers, dont 3,1 millions $ à ses créanciers garantis, soit Investissement Québec, la Banque de développement du Canada, la Société d'aide au développement de la collectivité de Lotbinière et la Banque Royale du Canada.
Parmi la centaine de créanciers non garantis, on dénombre plus de 70 consommateurs qui avaient effectué des dépôts variant entre 40 $ et 2600 $.
Ce n'est qu'une fois que le processus de vente des actifs des Industries A.P. aura été complété que l'on connaîtra ce qui reste dans la cagnotte pour les créanciers non garantis. Le processus de vente des actifs doit se mettre en branle la semaine prochaine.