L'an dernier, la direction de Loews avait trouvé un acquéreur pour Le Concorde, le groupe Urgo Hotels. Or, après l'étape des vérifications diligentes, Urgo Hotels a retiré son offre d'achat.

Les hôteliers ont l'oeil sur les travailleurs du Concorde

Les travailleurs de l'hôtel Loews Le Concorde qui perdront leur boulot le 12 février prochain pourraient ne pas rester très longtemps au chômage.
L'Association hôtelière de la région de Québec (AHRQ) entend mettre sur pied au cours des prochains jours une base de données à partir des curriculum vitae des travailleurs du Concorde à la recherche d'un nouvel emploi dans le domaine de l'hôtellerie. 
Les hôteliers pourront ainsi avoir accès à une banque de noms de travailleurs afin de leur offrir du boulot éventuellement selon les postes à pourvoir au sein de leur entreprise. «Ces employés-là ont une expertise importante pour l'hôtellerie de Québec, ça serait dommage de la perdre», a formulé hier la présidente de l'ARHQ, Michelle Doré.
L'AHRQ prévoit travailler en étroite collaboration avec le Syndicat des employés du Concorde, le comité d'aide au reclassement et la direction de l'hôtel Loews de Québec.
Selon le président du Syndicat des employés du Concorde, Jacques Fortin, plusieurs travailleurs ont toutefois déjà trouvé un boulot ailleurs dans d'autres hôtels de la région. «Oui, il y a eu des départs. Mais beaucoup de travailleurs auront à se chercher un nouvel emploi prochainement», a-t-il fait savoir hier. 
Ce dernier admet que la saison hivernale n'est pas le temps idéal pour trouver du boulot dans le secteur de l'hôtellerie à Québec. 
Le comité de reclassement entend organiser une foire de l'emploi 2014 pour le secteur de l'hôtellerie à Québec. «Si nous pouvons aider les travailleurs à se replacer tout en aidant nos membres à combler leurs besoins, nous le ferons avec plaisir», a souligné la présidente de l'AHRQ.
Non-rentabilité
Vente ou pas au Groupe Savoie (Résidences Soleil), la direction de la chaîne hôtelière Loews a fait savoir il y a deux semaines que l'hôtel Le Concorde fermera définitivement ses portes le 12 février à minuit.
Pour justifier la fermeture de l'hôtel de 405 chambres, la direction de Loews évoque notamment des problèmes de non-rentabilité au sein d'une industrie en pleine consolidation au Québec.