Les grutiers sont en grève depuis lundi, bien que celle-ci soit illégale.

Les grutiers défient l’ordonnance du tribunal et ne retournent pas au travail

MONTRÉAL - Les grutiers défient l’ordonnance du Tribunal administratif du travail, qui les a sommés de cesser leur grève illégale, rapportent plusieurs médias. Ils ne sont pas retournés sur les chantiers vendredi matin.

Le tribunal avait accueilli jeudi soir la demande d’ordonnance provisoire déposée par la Commission de la construction du Québec (CCQ) pour faire cesser la grève.

Selon la décision, l’urgence d’agir est justifiée, car «il apparaît évident que les chantiers de construction subissent des impacts importants en lien avec cet arrêt de travail».

Le tribunal avait ordonné aux associations de communiquer la décision à «leurs membres salariés du métier de grutier par courriel ou tout autre moyen raisonnable, dans les douze heures de la présente ordonnance».

En milieu de soirée, jeudi, la FTQ-Construction avait relayé la nouvelle par un communiqué de presse dans lequel elle rappelait «aux salariés grutiers leur obligation d’offrir immédiatement leur prestation normale et habituelle de travail».

Par communiqué, jeudi soir, la CCQ avait dit souhaiter que le mot d’ordre du tribunal soit entendu rapidement et que «la grève illégale cesse sans délai afin que les chantiers du Québec puissent retrouver leur niveau d’activité normal».

La CCQ entendait maintenir «sa présence active sur les chantiers afin de recueillir la preuve et exercer les recours pénaux appropriés», avait-on précisé.

La CCQ avait rappelé que les personnes choisissant de défier l’ordonnance seraient passibles d’outrage au tribunal, et s’exposeraient à des amendes de 10 000 $, ou 100 000 $ pour une personne morale, «et même une peine d’emprisonnement».

Les grutiers ont commencé une grève lundi dernier, dans l’ensemble des chantiers du Québec. Et la grève est illégale, puisque la convention collective qui lie les associations patronales et les organisations syndicales est en vigueur jusqu’en 2021. Au chantier du nouveau pont Champlain, qui relie Montréal à la Rive-Sud, les moyens de pression avaient même débuté jeudi dernier.

Le litige prend sa source dans les changements qui ont été apportés à la formation des grutiers, le 14 mai dernier. Les grutiers, mécontents, allèguent que les changements apportés nuiront à leur propre sécurité et à celle du public.