Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les nouveaux paramètres des programmes d’aide aux entreprises avaient été annoncés le 3 février dernier par le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon.
Les nouveaux paramètres des programmes d’aide aux entreprises avaient été annoncés le 3 février dernier par le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon.

Les frais déboursés par les entreprises entre octobre et décembre 2020 ne sont plus couverts par l’aide de Québec

Paul-Robert Raymond
Paul-Robert Raymond
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Les entreprises qui ont tardé à se prévaloir de l’aide du gouvernement du Québec pour couvrir leurs frais déboursés pendant le confinement décrété en octobre n’y ont désormais plus droit. Depuis le 10 février, l’Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM), faisant partie du Programme d’action concertée temporaire pour les entreprises (PACTE) ou du programme Aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises (PAUPME), ne débourse que les frais encourus depuis le premier janvier.

«Effectivement, depuis le 10 février 2021, les entreprises qui déposent une demande au volet AERAM sont admissibles au pardon de prêt pour couvrir les frais fixes déboursés à compter du mois de janvier 2021. […] Par ailleurs, les demandes soumises devront dorénavant présenter les besoins en fonds de roulement de l’entreprise pour la période du 1er janvier 2021 au 30 juin 2021, soit trois mois de plus que prévu initialement, ce qui permettra d’aider financièrement les entreprises au moment de la relance de leurs activités», a répondu par courriel Jean-Pierre D’Auteuil, porte-parole pour le ministère de l’Économie et de l’Innovation.

Il précise aussi que «le principe de base de l’AERAM est de couvrir les besoins futurs de liquidités des entreprises sous forme de prêt. Pour évaluer le montant, on demande aux entreprises de fournir une prévision de leurs besoins à venir».

Avec le PACTE, une entreprise peut obtenir des prêts ou des garanties de prêt d’un montant minimal de 50 000 $, afin d’assurer un fonds de roulement pour poursuivre ses activités. Quant à lui, le PAUPME soutient, avec des prêts d’un montant de moins de 50 000 $, le fonds de roulement des PME.

Rappelons qu’avec l’AERAM, les entreprises fermées pendant 90 jours ou moins peuvent être aidées par le gouvernement du Québec jusqu’à 15 000 $ par établissement. Les entreprises fermées pour une période de plus de 90 jours peuvent avoir droit à un montant maximal additionnel allant jusqu’à 30 000 $ par établissement.

Les nouveaux paramètres avaient été annoncés le 3 février dernier par le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon.