L'Association des marchands dépanneurs et épiciers du Québec réitère la demande pour mettre fin aux promotions croisées liant les rabais sur la bière avec la vente d'essence, par exemple.

Les dépanneurs réitèrent leurs demandes

À quelques heures de son congrès annuel, l'Association des marchands dépanneurs et épiciers du Québec (AMDEQ) remettra sur le tapis des irritants qu'elle tente de faire disparaître depuis des années dans les différentes règlementations.
«Nous espérons que les gouvernements fédéral et provincial prendront des mesures qui permettront aux petits détaillants de mieux respirer», explique Yves Servais, directeur général de l'AMDEQ en brossant un tableau des nombreuses demandes présentées aux deux ordres de gouvernement.
Parmi les attentes, M. Servais mentionne la règlementation sur les permis de vente d'alcool qui devait être revisée. Alors que les grands de l'alimentation sont pratiquement ouverts nuit et jour, les dépanneurs «devraient quasiment cadenasser les frigidaires à bière. Il faudrait moduler les moments pour la vente. Cela s'est fait pour la restauration, mais nous, nous avons été oubliés,» insiste M. Servais.
Et il réitère la demande pour mettre fin aux promotions croisées liant les rabais sur la bière avec la vente d'essence, par exemple.
Frais de cartes de crédit
La question des frais d'utilisations des cartes crédit n'est toujours pas résolue. Plusieurs pays dans le monde ont plafonné les frais, mais rien n'est encore fait au Canada. Le rapport de l'étude demandée il y a un an et demi se fait toujours attendre. «Pourtant, les Visa et MasterCard ont accordé des rabais à de grosses chaînes, mais elles refusent d'assouplir leurs demandes pour les petits commerçants», répète M. Servais.
Des rencontres ont eu lieu en août avec des sénateurs et Diane Brisebois, présidente du Conseil canadien du commerce de détail, qui espère une décision de la part du ministre fédéral des Finances cet automne. 
M. Servais espère aussi que le ministre de l'Environnement, David Heurtel, tranchera une fois pour toutes la question de la consigne, y compris la demande principale de l'AMDEQ pour que la prime actuelle versée aux détaillants pour le ramassage des contenants consignés soit doublée.
Démocratisation de la SAQ
Enfin, l'AMDEQ plaide pour la modernisation et la démocratisation de la Société des Alcools du Québec afin que les agences puissent bénéficier des mêmes prix offerts à la SAQ et que les clients aient accès aux rabais de la carte Inspire. Elle souhaite également que les dépanneurs puissent offrir à leur clientèle plus de vins de qualité et une variété de boissons alcooliques. «La SAQ devrait nous considérer comme de vrais partenaires», avance-t-il.