Les marchés font montre d’une incroyable volatilité depuis des semaines.
Les marchés font montre d’une incroyable volatilité depuis des semaines.

Les bourses et le huard plongent

TORONTO — Les marchés boursiers nord-américains ont plongé, le cours du pétrole s’est effondré de plus de 20 % et le huard a reculé à un creux de cinq ans, mercredi, alors que les craintes face à la pandémie de COVID-19 continuaient de faire des ravages sur les marchés.

L’indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a clôturé en baisse de 963,79 points, soit 7,6 %, à 11 721,42 points, au terme d’une séance qui a notamment été marquée, plus tôt, par un déclenchement du système d’interruption automatique des négociations. Une pause d’une quinzaine de minutes est alors imposée au marché.

À New York, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a reculé de 1388,46 points, soit 6,5 %, à 19 898,92 points. L’indice élargi S&P 500 a perdu 131,09 points, ou 5,2 %, à 2398,10 points, tandis que l’indice composé du Nasdaq s’est défait de 344,94 points, ou 4,7 %, à 6989,84 points.

Fermés «par précaution»

«Même si nous décidons, par précaution, de fermer les parquets, nous pensons toujours fermement que les marchés doivent rester ouverts et accessibles aux investisseurs», a souligné la patronne du NYSE American Options, Stacey Cunningham, en affirmant que tous les marchés continueront à fonctionner selon les horaires habituels.

Les marchés font montre d’une incroyable volatilité depuis des semaines et à la fois Wall Street et la Maison-Blanche reconnaissent la probabilité accrue de voir la pandémie causer une récession. Une journée typique de transactions boursières en mars a vu le marché grimper ou chuter de 4,9 %. Pour la dernière décennie, cette variation moyenne est plutôt de 0,4 %.

Le Dow Jones avait bondi mardi de plus de 5 % après que le président Donald Trump a promis une aide massive pour l’économie, mais le nombre d’infections continue à grimper et le Dow a effacé la totalité, à l’exception de 0,4 %, de ses gains depuis l’inauguration de M. Trump. Le S&P 500, qui est plus représentatif de l’ensemble du marché que le Dow Jones, affiche un recul de 29,2 % par rapport à son sommet record du mois dernier, mais montre toujours une hausse de 12,1 % par rapport à la journée de l’élection présidentielle de 2016.

Sur le marché des devises, le dollar canadien a perdu 2,2 %, s’étant négocié au cours moyen de 68,98 cents US, par rapport à son cours moyen de 70,55 cents US de la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a reculé à son plus faible niveau depuis au moins 2003, chutant de 6,50 $ US, ou près de 24 %, à 20,83 $ US le baril. Le prix de l’or a pour sa part rendu 47,90 $ US à 1477,90 $ US l’once, tandis que celui de l’or a effacé 16,25 cents US à 2,15 $ US la livre.