Les actionnaires du Fonds d’investissements Côte-du-Sud viennent en aide aux entreprises du secteur manufacturier des MRC de Montmagny, de L’Islet, de Kamouraska et de Rivière-du-Loup. Photo, La Presse canadienne

Les anges investisseurs la Côte-du-Sud

L’argent ne pousse pas dans les arbres pour les entrepreneurs. La quête de capitaux pour démarrer une entreprise et pour lui permettre de prendre de l’expansion est particulièrement laborieuse dans les régions situées loin des grands centres.

«Dans la région de Montréal, par exemple, il y a des dizaines de fonds d’investissement qui peuvent venir en aide aux jeunes pousses ou aux entreprises plus matures», constate Yves LeBel.

Ce dernier a été propriétaire de supermarchés Metro à La Pocatière et à Chandler. Il a même siégé au conseil d’administration de l’entreprise québécoise de distribution alimentaire.

Il y a un peu plus d’un an, Yves LeBel réunissait une quarantaine d’entrepreneurs comme lui pour mettre sur les rails le Fonds d’investissements Côte-du-Sud.

Ils ont passé le chapeau et amassé la somme de deux millions $ pour investir dans des entreprises manufacturières prometteuses des municipalités régionales de comté (MRC) de Montmagny, de L’Islet, de Kamouraska et de Rivière-du-Loup. 

«Nous investissons dans différents types d’entreprises : des compagnies en expansion, en processus de relève ou encore en plein démarrage. Il peut arriver que nous investissions dans des projets de consolidation à fort potentiel de rentabilité», fait remarquer le président du Fonds d’investissements Côte-du-Sud en mentionnant que les anges investisseurs ne touchaient pas aux secteurs de l’immobilier et du commerce de détail.

«Dans notre coin de pays, le capital de risque se fait rare», confie M. LeBel qui, au moment de l’entrevue avec Le Soleil, était à attacher les dernières ficelles d’un financement réalisé pour le compte d’une entreprise en démarrage de la Côte-du-Sud en partenariat avec Desjardins Capital de risque, Investissement Québec et le Centre d’aide aux entreprises de Montmagny-L’Islet.

Au cours de sa première année d’existence, le Fonds d’investissements Côte-du-Sud a reçu sept demandes d’aide. Il a mis de l’argent sur la table pour deux projets.

«Notre mission n’est pas seulement de lever des capitaux, mais aussi d’aider et de conseiller les entrepreneurs. Ce n’est pas facile de se lancer en affaires. Les statistiques montrent qu’à peine 30 % des jeunes entreprises passent au travers de leur première année. Nous intervenons auprès des dirigeants d’entreprise à titre de mentor, d’accompagnateur ou de membre non votant au sein d’un conseil d’administration. Et nous le faisons toujours de façon bénévole», explique Yves LeBel.

La quarantaine de gens d’affaires qui agissent à titre d’actionnaires au sein du Fonds d’investissements Côte-du-Sud sont originaires de la région. 

«C’est une façon d’aider le domaine manufacturier de chez nous afin de créer de la valeur pour les entreprises et des emplois pour nos concitoyens. Nous le faisons en mettant à contribution nos expériences, notre expertise et nos réseaux de contacts.»

Les actionnaires sont des entrepreneurs retraités ou encore actifs au sein de leur compagnie respective.

À eux-seuls, les anges investisseurs représentent 75 % du chiffre d’affaires des entreprises qui ont pignon sur rue dans les municipalités de la Côte-Sud.

«Nous estimons que leurs chiffres d’affaires combinés totalisent plus de 3 milliards $ et que leurs activités s’étendent sur quatre continents. En tout, ces entrepreneurs investisseurs font travailler des dizaines de milliers de personnes dont près des deux tiers dans notre coin de pays», révèle Yves LeBel.