Les affaires express

Angela Jones en difficultés financières
Le fabricant de maillots de bain sur mesure Angela Jones éprouve des difficultés financières. L'entreprise québécoise vient de se placer sous la protection des tribunaux pour se mettre à l'abri de ses créanciers. Fondée à Québec il y a plus de 30 ans, la bannière possède aujourd'hui un seul point de vente, soit dans le centre commercial Place Ste-Foy. Les deux succursales de Montréal sont désormais fermées. Selon des documents du syndic Raymond Chabot, consultés par Le Soleil, les mauvaises créances d'Angela Jones totalisent près de 326 000 $. L'entreprise a l'intention de présenter une proposition à ses créanciers au cours des prochains jours. Jean-Michel Genois Gagnon
***
Ciao investit 1 M $
L'entreprise Ciao sort le chéquier et investit 1 million $ pour soutenir sa croissance. L'investissement a permis à la compagnie de tripler la superficie de ses locaux, maintenant situés sur le boulevard Hochelaga à Sainte-Foy. Ciao, qui brasse des affaires dans les domaines de l'accessibilité du Web, prévoit embaucher au cours des trois prochaines années une trentaine de nouveaux cerveaux. La famille compte aujourd'hui une cinquantaine de travailleurs. «Cet investissement était essentiel afin de nous permettre de poursuivre notre croissance et atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés. Nous avions besoin de locaux plus grands et plus modernes pour nous permettre d'investir dans le démarrage de nouveaux projets», a indiqué par voie de communiqué Jean-François Paquin, vice-président et copropriétaire de Ciao. En 2016, avec des revenus entre 2 et 5 millions $, cette compagnie s'est retrouvée au 421e rang du PROFIT 500, regroupant les entreprises canadiennes ayant connu la croissance la plus rapide sur une période de cinq ans.  Jean-Michel Genois Gagnon
***
Un syndicat au Laurie Raphaël à Montréal
À Montréal, les travailleurs du restaurant Laurie Raphaël sont dorénavant syndiqués. «Il n'y a pas de démarche amorcée par leurs camarades de Québec», indique le porte-parole du Syndicat des Métallos, Jocelyn Desjardins, qui croit cependant que la syndicalisation de la trentaine d'employés du Laurie Raphaël dans la métropole va assurément piquer la curiosité dans le monde de la restauration, et ce, autant à Québec qu'à Montréal. Le Tribunal administratif du travail a accordé le droit aux travailleurs du Laurie Raphaël de se syndiquer après qu'une majorité d'entre eux eurent signé une carte d'adhésion au Syndicat des Métallos. Dans les prochaines semaines, les nouveaux syndiqués vont s'affairer à nommer leurs dirigeants et à préparer une première ronde de négociation. «La pression est forte dans ce secteur de la restauration. Il faut travailler vite et le résultat doit être toujours impeccable, c'est normal», indique l'un des employés du Laurie Raphaël, Guillaume Laplante-Anfossi. «Nous avons choisi de nous syndiquer pour mieux encadrer les relations de travail.» Le Laurie Raphaël a ouvert ses portes à Montréal en 2007. L'établissement de Québec, lui, accueille les fins gourmets depuis 1991.  Gilbert Leduc
***
Hausse des revenus pour H2O Innovation
Hausse de 50 % des revenus pour H2O Innovation. L'acquisition de la société américaine Utility Partners, en juillet 2016, continue de rapporter gros pour H2O Innovation, une compagnie de Québec spécialisée dans le traitement des eaux. Au cours du troisième trimestre de son exercice financier 2017, l'entreprise a enregistré une croissance de près de 50 % ses revenus par rapport à la même période l'an dernier. Ils ont grimpé de 14,2 à 21,3 millions $. Le carnet de commandes a atteint, pour sa part, un sommet de 117,1 millions $. Par ailleurs, la perte nette de la compagnie affiche 1,3 million $ comparativement à un bénéfice net de 646 422 $ au troisième trimestre de 2016. La perte nette est principalement due à l'acquisition d'Utility Partners, ainsi qu'à un plus haut niveau de charges d'exploitation, de frais de vente et de frais administratifs visant à soutenir la croissance constante de l'entreprise. À la fermeture de la Bourse de Toronto, lundi, le titre de H2O Innovation (TSX de croissance : HEO) valait 1,66 $ en baisse de 11 ¢.  Gilbert Leduc