Les affaires express

Robert Dutton remplace Claude Béland

Le président du Conseil d’éthique de l’industrie québécoise des boissons alcooliques, Claude Béland, passe le flambeau. L’ancien président-directeur général chez Rona et aujourd’hui professeur à HEC-Montréal, Robert Dutton, prend les commandes de l’organisation. M. Béland était en poste depuis la création du conseil en 2006. «L’abandon du recours au sexisme dans les publicités sur les boissons alcooliques et la sensibilisation de la population à ces enjeux sont des signes de progrès encourageants», note l’ancien président du Mouvement Desjardins. «Malheureusement, le laxisme de l’État et son manque de sensibilité aux problèmes liés à l’alcool ont permis toutes sortes de dérives telles la multiplication des promotions croisées pour contourner les prix minimums et les pratiques de consommation abusive proposées par certains bars », poursuit-il. Chaque année, le Conseil publie un rapport sur les pratiques des membres de l’industrie en matière de communication, de commercialisation et de promotion de l’alcool .  Jean-Michel Genois Gagnon 

***

Les femmes en force chez SOVAR

À la tête de Lapierre Finance et Gouvernance, Lise Lapierre devient la nouvelle présidente du conseil d’administration de SOVAR, une société de valorisation qui se consacre au développement de nouvelles technologies issues d’activités de recherche universitaire dans la région de Québec. Marjolaine Giasson, chef de la direction financière de FlyScan, accède, elle aussi, au conseil de SOVAR. Les nominations de Mmes Lapierre et Giasson s’ajoutent à celle, en juillet, de Paule De Blois à la présidence et la direction générale de la société de valorisation. «Alors que seulement 30 % des chercheurs sont des femmes, il s’agit d’une gouvernance féminine que nous tenons à faire valoir et qui, nous l’espérons, incitera d’autres femmes à se positionner adéquatement afin d’accéder à des postes de dirigeantes, et ce, tant dans des domaines scientifiques que dans le milieu des affaires», a indiqué Mme De Blois en soulignant que trois des quatre partenaires universitaires de SOVAR sont aussi dirigés par des femmes, soit Gertrude Bourdon (CHU de Québec), Nicole Bouchard (UQAC) et Sophie D’Amours (Université Laval).  Gilbert Leduc

***

Autre étape importante franchie par Saputo pour croître en Australie

Saputo a franchi une autre étape afin de mettre la main sur Murray Goulburn, le plus important producteur laitier de l’Australie, puisque les autorités réglementaires australiennes ont donné leur feu vert à l’offre de 1,3 milliard $ CAN.

L’agence responsable de la concurrence et de la défense des consommateurs s’est montrée satisfaite mercredi à la suite de la décision du géant québécois de se départir d’une importante usine appartenant à la coopérative australienne.

«Nous avons entendu et discuté avec de nombreux fermiers ayant des préoccupations à l’égard de l’intervention de l’agence puisqu’ils désiraient obtenir de la stabilité après une période d’incertitude», a souligné le président de l’agence, Rod Sims.

En vertu de l’entente, Saputo se délestera de l’usine de Koroit, dans l’État de Victoria, qui sera vendue à un acheteur qui devra préalablement avoir obtenu l’approbation des autorités réglementaires.

Ces installations auraient permis à la société québécoise de contrôler plus des deux tiers de la capacité de transformation dans cette région du pays, ce qui, selon l’agence australienne, pourrait paver la voie à une baisse des prix payés aux fermiers.

«Il s’agit d’une étape névralgique afin de compléter l’acquisition de Murray Goulburn», s’est félicité le président et chef de la direction de Saputo, Lino Saputo fils, dans une déclaration envoyée par courriel.

Déjà présente aux États-Unis et en Argentine, la multinationale québécoise avait mis le pied dans le marché australien en 2014 grâce à l’acquisition de Warrnambool Cheese & Butter (WCB).

L’offre devra recevoir l’aval d’au moins 50,01 % des actionnaires de Murray Goulburn, qui doivent voter jeudi. Selon certains analystes financiers, il ne s’agit que d’une formalité.

«Même en se départissant de l’usine de Koroit [...] Saputo et Murray Goulburn formeront le joueur dominant en Australie, ce qui offrira une autre plateforme à l’entreprise québécoise pour asseoir sa croissance à l’international», a estimé Irene Nattel, de RBC Marchés des capitaux, dans une note d’analyse.

Éprouvant des difficultés financières, Murray Goulburn, qui compte environ 2300 employés et 11 usines de fabrication en Australie ainsi qu’en Chine, misait sur l’offre de Saputo pour redresser son bilan.

Au cours du premier semestre de l’exercice 2018 terminé le 31 décembre dernier, la coopérative australienne avait généré un chiffre d’affaires d’environ 1,1 milliard $ CAN, en recul de 5 % par rapport à la même période l’an dernier.

Elle avait toutefois vu ses volumes de lait plonger d’environ 30 %, à 1,1 milliard de litres. À cause de sa situation, Murray Goulburn avait réduit les prix offerts aux fermiers pour leur lait, ce qui avait incité plusieurs d’entre eux à regarder ailleurs.  La Presse canadienne