Les affaires express

Immobilier : non à une taxe pour les étrangers
La chambre immobilière de Toronto exhorte le gouvernement ontarien de ne pas imposer une taxe foncière pour les acheteurs étrangers, estimant que cette mesure n'aurait qu'une incidence minime sur la hausse des prix des propriétés dans la plus grande ville canadienne. Le ministre des Finances, Charles Sousa, avait affirmé jeudi qu'il évaluait la possibilité d'implanter cette mesure afin de freiner la flambée des prix du marché immobilier torontois. L'an dernier, M. Sousa avait affirmé que l'Ontario ne comptait pas imiter la Colombie-Britannique, qui a décrété une taxe de 15 % pour les acheteurs immobiliers étrangers dans la région de Vancouver. Mais depuis, les prix des maisons ont continué de grimper. En février, le prix d'une maison unifamiliale a bondi de 29,8 % comparativement à la même période il y a un an. La chambre affirme que c'est la rareté des propriétés qui est à l'origine de la flambée des prix, ajoutant qu'une taxe pour les acheteurs étrangers ne réglerait pas ce problème.  La Presse canadienne
***
Volkswagen plaide coupable
Le géant automobile allemand Volkswagen a formellement plaidé coupable de fraude et d'entrave à la justice vendredi aux États-Unis dans le scandale des moteurs diesel truqués. Le premier constructeur mondial se conforme ainsi à l'accord annoncé début janvier avec le département de la Justice, qui a mis fin aux poursuites en échange notamment du paiement d'une amende de 2,8 milliards $. Au total, Volkswagen a accepté de verser 23 milliards $ aux États-Unis, notamment pour indemniser quelque 600 000 automobilistes et réparer les dégâts causés à l'environnement par ses moteurs diesel. En septembre 2015, VW avait reconnu avoir équipé 11 millions de ses voitures dans le monde (dont 600 000 aux États-Unis) d'un logiciel minimisant le niveau réel d'émissions de gaz nocifs lors des contrôles de pollution. Le groupe continue de faire face à de nombreuses autres poursuites dans le monde et plusieurs de ses dirigeants actuels ou anciens sont visés par des enquêtes.  AFP
***
Voitures sans chauffeur : la Californie va assouplir sa loi
La Californie veut assouplir ses règles pour les tests de voitures autonomes, pour notamment autoriser des véhicules dans lesquels il n'y a pas de conducteur humain. Les nouvelles règles doivent encore être soumises à consultation publique, avec une version finale prévue d'ici la fin d'année. Elles «étendent notre programme existant de tests de véhicules autonomes, afin d'inclure des véhicules où aucun conducteur humain n'est présent», a commenté Jean Shiomoto, directeur du département des véhicules à moteur de Californie. «C'est la prochaine étape en vue d'autoriser éventuellement des véhicules autonomes sans chauffeur sur les routes californiennes.» La Californie avait été critiquée dans le passé pour vouloir empêcher que les voitures autonomes qui seraient un jour commercialisées dans l'État soient vraiment «sans chauffeur» : des règles proposées fin 2015 imposaient qu'une personne avec un permis soit toujours présente dans le véhicule et capable d'en reprendre le contrôle, et c'est elle qui était considérée comme responsable en cas d'infraction au code de la route ou d'accident. L'agence fédérale de sécurité routière avait toutefois estimé quelques mois plus tard qu'un système informatique basé sur l'intelligence artificielle des voitures autonomes pouvait être considéré comme leur «conducteur».  AFP