Les affaires express

Marc Corriveau à la barre de l'INO
Marc Corriveau
L'Institut national d'optique (INO) aura un nouveau pdg à compter du 15 juin. En poste depuis 2005, Jean-Yves Roy laissera son fauteuil à Marc Corriveau. Ce dernier est actuellement directeur général de l'usine de Québec de la multinationale ABB, une importante société spécialisée, entre autres, dans les produits d'optique. Le mandat de cinq ans de Jean-Yves Roy a été renouvellé à deux reprises depuis 2005. En 2015, le conseil d'administration du centre de recherche en optique et photonique lui avait demandé de poursuivre son mandat pendant encore deux ans, le temps de préparer la relève. M. Roy entend demeurer actif au sein du conseil d'administration de l'INO.  Gilbert Leduc
***
Les jeunes Canadiens en meilleure posture que leurs parents
Une nouvelle étude de Statistique Canada indique que les jeunes Canadiens sont, en moyenne, dans une meilleure situation financière que leurs parents au même âge. La recherche publiée mardi souligne que parmi les Canadiens qui ont eu 30 ans entre 2000 et 2014, de 59 à 67 % - selon l'année - comptaient sur un revenu familial équivalent à celui de leurs parents au même âge, ou plus élevé. Un résultat semblable a été obtenu lors de l'analyse des revenus des Canadiens ayant eu 40 ans au cours de la même période. L'étude indique ainsi que de 61 à 67 % - toujours selon l'année - des Canadiens inclus dans la recherche avaient un revenu familial plus élevé à 40 ans que leurs parents au même âge. Statistique Canada précise que toute variation d'une année à l'autre semble correspondre aux changements dans l'économie en général, en référence à la crise économique de 2009 et à la lente reprise qui a suivi. L'étude révèle par ailleurs que les enfants dont les parents avaient les revenus les plus faibles avaient plus tendance à bénéficier d'un revenu familial plus élevé que leurs parents à l'âge de 30 ans, alors que le contraire était vrai pour ceux dont les parents avaient des revenus très élevés.  La Presse canadienne
***
Diesel: Washington poursuit Fiat Chrysler
Les autorités américaines ont lancé mardi des poursuites contre Fiat Chrysler, accusé d'avoir installé sans autorisation des logiciels faussant le niveau réel des émissions polluantes de véhicules diesel lors des contrôles et rappelant le scandale qui frappe Volkswagen. Ces logiciels permettaient à des véhicules équipés de moteurs 3,0 litres de respecter les normes de pollution lors des tests d'émissions, mais de les dépasser une fois sur les routes, accuse dans un communiqué l'agence fédérale de protection de l'environnement (EPA), qui réclame des pénalités civiles et des dédommagements pour les clients affectés. Un accord à l'amiable n'est toutefois pas exclu et les négociations se poursuivent avec le constructeur, indique l'EPA en ajoutant que la nature et le calendrier d'un possible règlement étaient «incertains». Se disant «déçu», Fiat Chrysler a dit être en train d'examiner la plainte. Le chef d'accusation retenu dans leur plainte ne signifie pas pour autant que les autorités américaines accusent Fiat Chrysler d'avoir eu pour intention de tromper les consommateurs comme ce fut le cas pour Volkswagen, ont indiqué des sources proches du dossier. Le constructeur n'aurait ainsi qu'omis d'indiquer aux autorités américaines la présence d'un tel logiciel sur les véhicules concernés.  AFP
***
Les patrons américains sont passés à la caisse en 2016
Les patrons des plus grandes sociétés américaines ont vu leur rémunération totale grimper en moyenne de 8,5 % l'an dernier pour s'établir à 11,5 millions $US, d'après une étude réalisée par la firme Equilar. Il s'agit de la hausse la plus marquée des trois dernières années. Cette augmentation démontre à quel point les titres des sociétés ont affiché une bonne performance l'an dernier. Généralement, un conseil d'administration exige que le président et chef de la direction fasse tout en son pouvoir pour faire grimper le prix de l'action afin de maximiser leurs gains. En moyenne, au cours des cinq dernières années, les émoluments des dirigeants de société ont bondi de 19,6 %, ce qui ne tient pas compte de l'inflation. C'est presque le double de l'augmentation moyenne - 10,9 % - des salariés au cours de cette période.  AP