Le détaillant L’Équipeur est spécialisé dans les vêtements et les chaussures de travail et de loisirs pour femmes et hommes.

L’Équipeur passe à l’offensive

Le détaillant L’Équipeur, une antenne du géant Canadian Tire, veut «solidifier» sa présence à travers la province. Un plan de modernisation de plusieurs millions de dollars est en marche visant à améliorer l’expérience client.

Depuis deux ans, la chaîne spécialisée dans les vêtements et les chaussures de travail et de loisirs pour femmes et hommes a entrepris de rénover l’ensemble (ou presque) de son réseau de 47 points de vente au Québec.

Le magasin d’Anjou a récemment rouvert ses portes. Les magasins de Sherbrooke et de Lévis ont également subi une cure de jouvence.

Cette année, l’entreprise a rénové 12 magasins au Québec et elle prévoit en faire 18 en 2019 pour compléter son plan stratégique. En 2016, elle en avait rafraîchi 13.

La direction refuse toutefois de divulguer le montant des investissements pour chaque succursale.

«C’est plus qu’une simple couche de peinture. Les accessoires et le mobilier ont été changés», avance au Soleil Christine Kearney, vice-présidente associé, Québec et région de l’Atlantique, pour les bannières Mark’s et L’Équipeur. «C’est aujourd’hui beaucoup plus moderne et cela répond aux tendances du marché», poursuit-elle.

Pour information, en 2017, les revenus de ces enseignes au Canada ont été de 1,2 milliard $.  

Le détaillant, qui compte 600 employés au Québec, a également profité de cette vague d’investissements pour agrandir certaines surfaces de vente. Ce qui a entraîné l’embauche d’une cinquantaine de paires de bras au cours des derniers mois.

«L’objectif n’était pas de relocaliser les magasins. Nous avons agrandi ceux où il y avait une opportunité. Nous voulions mettre davantage l’emphase sur les articles que les clients voulaient voir. Nous avons aussi plusieurs nouvelles marques», note Mme Kearney. «Les gens savent qu’ils peuvent venir chez nous pour l’industriel. Maintenant, on veut être aussi une destination pour le quotidien», ajoute-t-elle.  

Cette dernière précise que la majorité des succursales sont demeurées ouvertes durant les travaux.

Pour la région de Québec, la direction mentionne que la compagnie a déjà rénové son point de vente dans le centre commercial de Fleur de Lys ainsi que son magasin de Beauport. La boutique de Sainte-Foy subira toutefois quelques coups de marteau en 2019.


« Les gens savent qu’ils peuvent venir chez nous pour l’industriel. Maintenant, on veut être aussi une destination pour le quotidien »
Christine Kearney, vice-présidente associé, Québec et région de l’Atlantique, pour les bannières Mark’s et L’Équipeur

Pas une «stratégie de survie»

Cette offensive de L’Équipeur n’est pas «une stratégie de survie», assure la vice-présidente, alors que plusieurs joueurs dans l’industrie du commerce de détail éprouvent aujourd’hui des difficultés.

«On croit qu’il y avait une opportunité au Québec pour continuer d’aller encore mieux. On veut répondre de plus en plus aux besoins des Québécois dans leur quotidien. Pour l’industriel, mais aussi dans leur vie de tous les jours, par exemple, pour un manteau, des jeans ou des mitaines», énumère Mme Kearney.

Pour augmenter ses parts de marché à travers le Québec, la direction n’écarte pas la possibilité d’ouvrir de nouveaux magasins après 2019. Au Canada, Mark’s/L’Équipeur, détient actuellement plus de 385 boutiques.

À travers le pays, l’entreprise possède 57 magasins Mark’s/L’Équipeur qui sont sous le même toit que l’enseigne Canadian Tire, dont six au Québec, soit à La Pocatière, à Buckingham, à Pointe-aux-Trembles, à Laval, à Cowansville et à Gaspé.