«Nous avons nos priorités que nous aimerions renégocier et le bois d'oeuvre en fait certainement partie», a dit le ministre québécois des Finances, Carlos Leitao.

Leitão suggère d'enchâsser le bois d'oeuvre dans l'ALENA

Le ministre québécois des Finances, Carlos Leitão, est lui aussi ouvert à une potentielle renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) avec l'administration Trump, et suggère même que certains dossiers, comme le bois d'oeuvre, y soient enchâssés.
En marge d'un rendez-vous annuel de l'Autorité des marchés financiers à Montréal, lundi, M. Leitão a estimé qu'une reprise des pourparlers à cet effet serait l'occasion d'élargir la portée de certains aspects du traité ayant instauré une zone de libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique en 1994.
Au cours de sa campagne électorale, le président américain désigné Donald Trump a promis de renégocier l'ALENA et d'autres accords commerciaux. Le premier ministre Justin Trudeau a confirmé la semaine dernière qu'Ottawa était ouvert à une renégociation.
Exclu de l'Accord, le bois d'oeuvre est une source de discorde entre le Canada et les États-Unis depuis plusieurs décennies. Les deux pays semblent se diriger vers une autre dispute commerciale à ce sujet puisqu'ils n'ont toujours pas été en mesure de renouveler l'entente venue à échéance en 2015.
«Nous avons nos priorités que nous aimerions renégocier et le bois d'oeuvre en fait certainement partie», a dit le ministre québécois des Finances.
Compte tenu du niveau d'intégration du système manufacturier nord-américain, M. Leitão a également estimé que l'administration Trump serait mal avisée d'ébranler cet équilibre en voulant revenir en arrière avec l'imposition de certaines barrières tarifaires à la frontière.