Le nombre de vols par les employés de la SAQ est en constante diminution depuis quelques années.

Le vol fait perdre des millions à la SAQ

Les vols à l'étalage continuent de donner bien des maux de tête à la direction de la Société des alcools du Québec (SAQ). Pour son exercice financier 2016-2017, la société d'État a été privée de revenus de l'ordre de 8,12 millions $, entre autres à cause de larcins, a appris Le Soleil.
Selon des données obtenues par la Loi sur l'accès à l'information, la SAQ a enregistré une perte nette d'inventaire sur le prix coûtant de bouteilles de vin et de spiritueux d'une valeur de 2,8 millions $ pour son exercice financier 2016-2017, soit une hausse de 4 % par rapport à l'année précédente. Or, comme le prix d'une bouteille est en moyenne environ trois fois plus élevée (2,9) sur les tablettes des succursales que le montant déboursé par la SAQ pour obtenir le produit, c'est 8,12 millions $ qui n'ont pas abouti dans les coffres de la société d'État.
Selon des responsables de la SAQ, cet écart dans les finances s'explique par «des ajustements d'inventaires périodiques, des bris de bouteilles et des vols n'ayant pas fait l'objet de récupération à la suite d'arrestations». «Cela représente moins de 0,09 % des ventes nettes, ce qui est bien en deçà du taux moyen enregistré par les détaillants du Québec», indique dans sa missive la SAQ. Dans un rapport paru en janvier dernier, le Conseil québécois du commerce au détail estimait que la valeur des vols sur les ventes totales d'un commerce était d'environ 1,22 % à travers la province.
«Ça paraît beaucoup, mais il est important de rappeler que nous avons des ventes de plus de 3 milliards $ par année. C'est quelque chose de normal d'avoir des écarts d'inventaire», affirme le porte-parole Renaud Dugas. 
Vol à l'étalage
Quant au nombre de voleurs pris sur le fait, pour l'exercice financier 2016-2017, la SAQ a procédé à 456 arrestations pour vol à l'étalage qui ont permis de récupérer 622 bouteilles (de vins et spiritueux) représentant une valeur totale 35 510,86 $. Il s'agit d'une hausse de 32 % par rapport à l'exercice 2015-2016. La SAQ avait alors épinglé avec l'aide des autorités 346 malfaiteurs dans ses succursales et ses entrepôts. Cela avait permis de récupérer 591 bouteilles, dont la valeur totale était de 28 636,25 $. 
À l'interne
Pour le nombre de vols par les employés, la SAQ indique avoir enregistré quatre vols à l'interne d'une valeur de 75,30 $ en 2016-2017, comparativement à sept (99,65 $) en 2015-2016. Le nombre de vols par les employés est en constante diminution depuis quelques années. En 2014-2015, 21 bouteilles avaient été saisies, d'une valeur totale de 2250,13 $. Rappelons que la société d'État compte près de 7000 travailleurs dans ses rangs.
Cette diminution du nombre de vols à l'interne est une bonne nouvelle pour la SAQ qui a redoublé d'efforts au cours des dernières années afin d'augmenter ses mécanismes de sécurité, notamment l'ajout d'une ligne téléphonique de dénonciation pour les fraudes, ainsi que plusieurs caméras de sécurité. De la prévention a également été effectuée auprès des travailleurs. 
«Un vol, c'est un vol de trop. Nous faisons tout notre possible pour limiter le nombre de vols. Nous ne sommes pas à l'abri, comme toute entreprise. Nous avons mis des technologies en place pour diminuer les risques», conclut M. Dugas. 
Pour l'exercice financier 2016-2017, la SAQ a remis au gouvernement 1,086 milliard $ (+ 1,8 %). Le nombre de transactions enregistrées a été de 59,4 millions. D'autre part, le panier moyen (incluant les taxes) des achats effectués par le consommateur dans le réseau des succursales a été de 48,35 $.
La perte de revenus sur le prix vendu en succursale
• 2016-2017: 8,12 millions $
• 2015-2016: 7,83 millions $
• 2014-2015: 9,57 millions $
• 2013-2014: 7,54 millions $
• 2012-2013: 11,3 millions $