Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Callitee a été fondée en 2018 par Véronique Juneau, une diplômée en littérature française (maîtrise) qui fait aussi de la peinture depuis plusieurs années et du design graphique à temps perdu, et sa mère Denise, couturière depuis plus de 20 ans et professeure de couture.
Callitee a été fondée en 2018 par Véronique Juneau, une diplômée en littérature française (maîtrise) qui fait aussi de la peinture depuis plusieurs années et du design graphique à temps perdu, et sa mère Denise, couturière depuis plus de 20 ans et professeure de couture.

Le vent dans les voiles pour Callitee

Jean-François Tardif
Jean-François Tardif
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Callitee a le vent dans les voiles. L’entreprise québécoise de t-shirts et de cotons ouatés ludiques a connu une explosion de ses ventes au cours des derniers mois. Offerts principalement en ligne il y a un an, les vêtements de Callitee sont aujourd’hui vendus dans une dizaine de boutiques, de même que chez Simons.

«On fait partie des chanceux», a expliqué Véronique Juneau, fondatrice de Callitee. «Il n’y a rien eu d’heureux pour la plupart des commerçants lors de la première vague de la COVID. Mais étant donné que nous étions déjà structurés en ligne, nous sommes essentiellement un commerce en ligne, que nous sommes dans l’achat local et que le monde avait besoin de s’habiller en “mou”, le t-shirt est devenu un incontournable et les gens ont vraiment adopté nos produits.

«Nous avons connu un boom exponentiel qui s’est maintenu et qui a fait en sorte que nous avons vraiment pu nous faire connaître et qui nous a permis de nous implanter dans plusieurs endroits physiques», a ajouté l’entrepreneure, qui s’est d’abord servie des réseaux sociaux et des marchés populaires (pop up) pour donner de la visibilité à son entreprise.

Les produits offerts par l’entreprise basée dans la Vieille Capitale, sont faits à 100 % au Québec.

Callitee a été fondée en 2018 par Mme Juneau, une diplômée en littérature française (maîtrise) qui fait aussi de la peinture depuis plusieurs années et du design graphique à temps perdu, et sa mère Denise, couturière depuis plus de 20 ans et professeure de couture. Un an plus tôt, lors d’un voyage en France, la fille avait noté que la graphie était très présente sur plein d’objets usuels et qu’elle était intéressante en termes de jeux de mots, d’humeur et de ce que l’on ressent. De plus, elle était en français. Pourquoi ne pas offrir le même genre de produit au Québec? s’est-elle demandé.

«Je voyais le t-shirt comme un magnifique canevas sur lequel il était possible d’exploiter toutes sortes d’idées visuelles. On pourrait s’amuser à y reproduire des mots, des phrases et des expressions qui nous ressemblent, qui correspondent à ce que l’on est, mais dans un contexte de mode. Et le t-shirt se marie avec n’importe quoi.

«C’est comme ça qu’il est devenu pour moi un panneau de valeurs et d’idéologie pour afficher ses convictions et ses états d’esprit. J’ai cherché à illustrer des états d’âme, des sentiments ou même des frustrations, mais de façon à faire sourire.»

Les t-shirts ludiques de Callitee, comme celui porté par Yngrid Braz, reproduisent des mots, des phrases et des expressions bien québécoises qui ressemblent aux femmes d’ici et qui correspondent à ce qu’elles sont.

Mme Juneau a indiqué que son entreprise avait profité d’un bon timing pour offrir un produit qui la rejoignait, soit des graphies ludiques en français à la fois polies, soignées et travaillées. Avant elle, Humeur Design l’avait fait. Mais depuis quelques années, presque tout ce qui était sur le marché était en anglais. Elle a ajouté que c’est l’une des raisons qui avaient incité Simons à s’intéresser à ses t-shirts, l’autre étant qu’ils étaient à 100 % fabriqués au Québec dans des ateliers qui ont été choisis en fonction des conditions de travail qu’ils offraient à leurs employées.

«Simons a eu un coup de foudre pour nos t-shirts. Les dirigeants de l’entreprise se sont dit qu’il était possible de faire du vêtement d’humeur en français. Et comme ils avaient un désir d’offrir des produits faits ici, nos t-shirts étaient intéressants.»

Les idées

Se décrivant comme curieuse et fouilleuse, Mme Juneau est la personne derrière les graphies des t-shirts de Callitee. Adepte de lecture, elle s’inspire aussi d’images et de paysages, de couleurs et de géométries. Elle peut aussi s’inspirer d’une phrase qu’elle a vue dans un roman ou un magazine et aussi jouer avec les mots qu’elle aime. Elle essaie alors de tourner autour de ceux-ci afin de trouver des phrases qui lui permettent de les déconstruire et de leur donner un autre sens.

«Mon inspiration peut venir de partout, même d’endroits inusités. J’aime les jeux de mots qui font sourire. Et il arrive même que ceux-ci invitent à la conversation. Et comme j’aime beaucoup le visuel, on travaille avec les gens du studio Caméléon qui nous aident à avoir des dessins plus léchés de manière à ce que la graphie corresponde à un ensemble attirant. L’expertise de Caméléon nous est aussi fort précieuse pour la gestion de l’impression du matériel et de l’ensemble de la production des vêtements.»

Mme Juneau a expliqué que c’était la demande qui faisait qu’une graphie allait durer dans le temps. Jusqu’ici, les graphies les plus populaires ont été : «C’est épuisant avoir toujours raison», «Sans mon café, c’est caputccino», «Après la pluie, un bon blanc» et «Complices de mère en fille». Elle a ajouté que les prochaines tendances seraient en termes de graphies.


« Au début, le désir de nos clientes était d’avoir plus de texte. Aujourd’hui, c’est l’image qui est plus exploitée. Nous modulons nos produits en fonction des tendances, c’est ce qui nous permet de rester pertinents »
Véronique Juneau, fondatrice de Callitee


«J’aimerais aussi ouvrir notre offre à d’autres produits qui me permettraient de me laisser aller encore davantage à ma créativité. Des tabliers par exemple. Nous avons mis sur le marché des sacs et des masques. Et ces objets ont connu beaucoup de succès. Nous travaillons donc avec gens spécialisés en gestion de produits afin d’avoir la meilleure structure possible qui nous permettra de bien servir notre clientèle au cours des prochaines années», partage Mme Juneau.