Un Québécois sur trois prévoyait profiter des soldes de l'Après-Noël.

Le Vendredi fou fait de l'ombre au «Boxing Day»

Malgré la présence de nombreuses files d'attente dans les magasins lundi, les soldes de l'Après-Noël ne sont plus ce qu'ils étaient, selon des commerçants de Québec. La journée du 26 décembre se ferait même damer le pion par le Vendredi fou.
Au Sephora de Place Ste-Foy, les chiffres parlent d'eux-mêmes. Les ventes réalisées lors du Vendredi fou constituent «presque le double» de celles des soldes de l'Après-Noël, et ce, depuis trois ans, affirme Marie-Ève Christofferson, directrice adjointe du magasin. Pourquoi? Principalement parce qu'en ayant lieu le quatrième vendredi du mois de novembre, le Vendredi fou permet aux consommateurs d'effectuer leur magasinage des Fêtes à moindre coût, croit-elle.
Michel Martin, vice-président du détaillant photo Gosselin, note également la montée en popularité des soldes suivant l'Action de grâce américaine. Selon la «tendance» qu'il observe, «le Black Friday empiète sur le Boxing Day». Toutefois, bien qu'il soit «difficile de se réajuster» à cette évolution du marché, l'ensemble des ventes réalisées sur deux mois, donc en novembre et en décembre, reste la même, assure-t-il.
Un sondage réalisé en octobre par l'Observateur pour le Conseil québécois du commerce de détail chiffrait à 35 % le nombre de Québécois prévoyant participer aux activités commerciales du Vendredi fou et du Cyber lundi (le lundi suivant l'Action de grâce américaine), ce qui correspond à une hausse de 6 % par rapport à 2015. Ces 35 % de Québécois planifiaient dépenser 250 $ de leur budget des Fêtes lors de ces deux journées.
À titre comparatif, 1 Québécois sur 3 prévoyait profiter des soldes de l'Après-Noël, et y débourser 244 $ en moyenne, selon un autre sondage réalisé par la même firme en décembre.
C'est cette proportion qu'a pu voir Le Soleil lors son passage à Place Ste-Foy, à Place de la Cité et à Laurier Québec, dès 13h lundi. Les files d'attente y étaient nombreuses, notamment au Apple Store, chez Best Buy, au Michael Kors et au Pandora. 
Accroché par Le Soleil entre deux clients, le directeur du Best Buy, David Rancourt, affirme que le 26 décembre est «la plus grosse journée de l'année, avec le Black Friday». «Les ventes durant le Black Friday ont augmenté, mais c'est pas mal égal» à celles des soldes de l'Après-Noël.
À noter que la tradition des soldes de l'Après-Noël, d'origine britannique, est présente dans la plupart des pays du Commonwealth, notamment en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Canada. D'origine américaine, le Vendredi fou s'est quant à lui répandu au Canada grâce à l'arrivée de la vente en ligne. Ceci constitue toutefois une incohérence en termes de calendrier, car fêtant l'Action de grâce le deuxième lundi d'octobre, les Canadiens ne profitent pas d'un congé lors du Vendredi fou, contrairement aux Américains.