En 2015, une vaste étude menée auprès de 7600 employés de bureau provenant de 16 pays s'est intéressée à l'effet de l'environnement physique du travail sur le bien-être du personnel.

Bien-être au bureau

À quoi ressemble votre milieu de travail?
Un aménagement ouvert?
Des bureaux privés?
Des postes de travail modulaires privés?
Des postes de travail modulaires semi-privés?
Une combinaison d'espaces privés et ouverts?
«L'apparence et l'ambiance d'un bureau représentent l'entreprise et elles reflètent sa culture», affirme Greg Scileppi, président de la firme Robert Half en signalant que les organisations doivent être sensibles à l'incidence que peut avoir l'aménagement du bureau sur ses troupes.
«Le bon aménagement peut attirer les candidats au cours du processus d'embauche et faire en sorte que le personnel actuel se sente mobilisé et appuyé.»
En 2015, une vaste étude menée auprès de 7600 employés de bureau provenant de 16 pays s'est intéressée à l'effet de l'environnement physique du travail sur le bien-être du personnel.
Il est ressorti de l'étude Human Spaces que pour 33 % des travailleurs interrogés, l'aménagement des bureaux est si important que cela influence «très clairement» leur décision de travailler ou non pour un employeur.
«L'aménagement est encore plus vital en Inde, en Indonésie et aux Philippines, où les deux tiers des employés de bureau sont influencés de façon marquée par le design du milieu de travail.»
Productivité et stress
Cette semaine, la firme Robert Half, une société mondiale spécialisée en dotation de personnel, publiait les résultats d'un sondage réalisé auprès de plus de 300 gestionnaires des ressources humaines d'entreprises canadiennes et plus de 500 employés de bureau d'un océan à l'autre portant sur les espaces de travail.
Dans les entreprises, la mode est à l'aménagement ouvert.
Il convient le mieux aux sociétés qui misent sur un niveau élevé de collaboration de leur personnel. «L'aménagement ouvert permet aussi de réduire les frais généraux», fait remarquer le sondage.
«Par contre, cet aménagement n'est pas idéal pour les personnalités introverties ou pour ceux qui ont besoin d'un endroit calme pour se concentrer», ajoute-t-on.
Les employés de bureau qui ont répondu au sondage ont indiqué dans une proportion de 81 % que les aménagements ouverts favorisaient bel et bien la collaboration, mais «qu'un peu d'intimité contribuait à créer un environnement de bureau plus productif et moins stressant.»
Les postes de travail modulaires privés et semi-privés offrent une certaine intimité, «mais les discussions impromptues peuvent être dérangeantes.»
S'ils favorisent la productivité et apportent une bonne dose de calme, les bureaux fermés, eux, sont plus coûteux et exigent plus d'espace. «Les travailleurs qui ferment leur porte peuvent aussi paraître inaccessibles.»
Selon la firme Robert Half, la combinaison d'espaces privés et ouverts est la solution. À peine 35 % des travailleurs ont déclaré que leur employeur leur offrait un tel aménagement.
«Cet aménagement n'est pas aussi dérangeant que les autres types de configuration et il permet aux employés de se réunir dans des aires communes. Par contre, il s'agit d'un aménagement dont la mise en place est plus coûteuse et la conception d'un tel type d'espace peut exiger plus de temps.»
De la lumière et des plantes
Dans son rapport publié en 2015, Human Spaces identifiait les cinq caractéristiques de bureau les plus recherchées par les 7600 travailleurs interrogés. Elles ont toutes des affinités inhérentes avec les éléments représentant la nature.
Dans l'ordre, les voici :
 La lumière naturelle.
 Les plantes intérieures vivantes.
 Un milieu de travail paisible.
 La vue sur l'océan.
 Les couleurs vives.
Human Spaces fait remarquer que 85 % des employés de bureau interrogés s'activent en milieu urbain et qu'ils passent en moyenne entre 40 et 49 heures par semaine au bureau.
Selon Human Spaces, les travailleurs portent une attention grandissante aux éléments qui les entourent et à l'impact qu'ils ont sur leur bien-être, leur productivité et leur créativité en milieu de travail.
Trop peu de nature au travail
Dans son rapport, Human Spaces fait remarquer que près de la moitié (47 %) des employés de bureau oeuvrent dans un environnement de travail dans lequel la lumière naturelle est absente.
Un constat jugé «alarmant» par les auteurs du rapport «étant donné que les preuves des bienfaits que procure l'aménagement inspiré de la nature s'accumulent rapidement.»
Au Canada, un travailleur sur trois affirme ne pas profiter de la présence d'une fenêtre à proximité de son bureau. Des pourcentages similaires à la situation existante en Australie et aux États-Unis.
«Fait intéressant, ces trois pays ont tous signalé des taux de stress supérieurs à la moyenne», mentionne le rapport publié en 2015.
En ce qui a trait à la présence des plantes vertes, près de 60 % des 7600 personnes interrogées mentionnent ne pas voir l'ombre d'un brin de verdure dans leur milieu de travail.