La création d'emplois à temps plein et à temps partiel continue d'être à la hausse dans la région de Québec.

Le taux de chômage reste très bas dans la région de Québec

Pour un deuxième mois consécutif, la grande région de Québec a maintenu son taux de chômage à 4,9 % en septembre, parmi l'un des plus bas au Canada.
Le nombre d'emplois perdus était en très légère baisse en septembre, comparativement au mois d'août, avec une perte de 300 emplois sur un nombre de 445 000.
Selon les analyses de Québec International basées sur les données de Statistiques Canada, pour les neuf premiers mois de 2015, le bilan est toujours positif pour la région métropolitaine de recensement de Québec. Le gain s'établit à 5000 emplois par rapport à la même période en 2014.
Pour la province, le taux de chômage est de 7,7 %, en baisse de 0,3 %, avec une hausse de 11 100 emplois en septembre comparativement au total du mois d'août.
L'économiste principal de Québec International, Louis Gagnon, dit que les chiffres démontrent une fois de plus le dynamisme du marché du travail dans la RMR de Québec. «Québec affiche un nombre d'emplois historiquement élevé, soit de 445 000 en septembre. Un regard sur le bilan des neuf premiers mois de 2015 permet de constater que la région a enregistré un gain de 5000 emplois par rapport à la même période en 2014», commente-t-il.
Selon son analyse, c'est l'ensemble des secteurs d'activité qui contribue à la croissance depuis le début de 2015. La création d'emplois à temps plein et à temps partiel continue d'être à la hausse. Ce sont l'industrie manufacturière et le secteur de la construction qui ont créé le plus d'emplois, soit entre 1000 et 2000, au cours des neuf derniers mois.
Si «la performance de l'emploi depuis le début de l'année met la table pour un automne qui s'annonce favorable pour Québec», M. Gagnon note que «le bassin de travailleurs qualifiés disponibles demeure restreint dans la région».
Il souligne le lancement de la campagne lOOOraisons.quebec comme élément apte «à soutenir la croissance des entreprises et le développement économique de la région» en ramenant dans la région des Québécois et des francophones établis à l'extérieur de la province ou du pays.