Le nouveau St-Hubert sur l’avenue Jules-Verne

Le St-Hubert de l'avenue Jules-Verne rénové pour 1,6 M$

Le Groupe Martin poursuit la cure de jouvence de ses restaurants dans la région de Québec. L’établissement de l’avenue Jules-Verne sera rénové pour 1,6 million $.

«On refait entièrement la salle à manger et le resto-bar. Tout va être détruit et on recommence à zéro. On change aussi la toiture», indique au Soleil Pierre Martin, copropriétaire du groupe, dont la famille détient 11 restaurants dans la capitale.

La succursale de Jules-Verne, qui attire 420 000 clients par année, est la plus performante à travers les 120 de la chaîne. Elle verra son nombre de places passer de 310 à 296. «Nous ajoutons des banquettes. Nous voulons offrir davantage de confort», précise le grand patron. Également, une terrasse pouvant accueillir 35 personnes sera construite.

Début des travaux le 14 mai

Pour réaliser ce projet, les travaux débuteront le 14 mai prochain et le chantier s’échelonnera jusqu’au 11 juin. Seuls les services au comptoir, de livraison et de commandes à l’auto demeureront en activité durant cette période.

Depuis 2013, le Groupe Martin a injecté plus de 13 millions $ pour moderniser certaines de ses Rôtisseries St-Hubert dans la région, entre autres à Beauport, à Saint-Nicolas et à Charlesbourg. 

Ces sommes ont également servi pour la construction de nouveaux restaurants à Val-Bélair et dans Lebourgneuf. L’ouverture dans l’Espace Bouvier du Groupe Dallaire avait toutefois entraîné la fermeture de la succursale de l’Ormière.

«Par la suite, on va regarder pour rénover notre St-Hubert de Sainte-Anne-de-Beaupré», avance M. Martin. «Après, on va recommencer. C’est un éternel recommencement», poursuit l’homme d’affaires.

Moins de jaune

Lorsqu’on regarde les nouveaux établissements du groupe, dont la chaîne est la propriété des Entreprises Cara, on remarque que St-Hubert tourne tranquillement le dos à sa couleur de marque, soit le jaune. 

«Oui, graduellement, St-Hubert abandonne le jaune. Nous l’avons longtemps conservé, car nous trouvions que c’était comme une enseigne. Il faut l’admettre, le noir donne un aspect plus attrayant de l’extérieur», répond M. Martin, qui n’envisage pas d’autre ouverture pour le moment. L’homme d’affaires ne cache toutefois pas son intérêt pour le concept, qu’on retrouve entre autres du côté Laval, de marier les bannières Harvey’s et St-Hubert sous un même toit. 

Le 26 mai prochain, St-Hubert lancera à travers son réseau son service de brunch les samedis et dimanches. Trois restaurants de la région offrent déjà cette formule.