Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Hotel-Musée à Wendake
Hotel-Musée à Wendake

Le secteur touristique autochtone s'attendait à beaucoup plus du budget fédéral

Jordan Press
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Une association représentant des milliers d'entreprises touristiques dirigées ou exploitées par des Autochtones au Canada estime que le récent budget fédéral ne permettra pas à ce secteur d'éviter l'effondrement.

L'Association touristique autochtone du Canada demandait au gouvernement un peu plus de 68 millions $ sur trois ans pour aider ce secteur, en versant notamment des subventions de fonctionnement et en lançant des campagnes publicitaires. Or, le budget prévoit environ 2,4 millions $ pour cette année, selon le directeur général de l'association, Keith Henry.

La ministre fédérale du Développement économique, Mélanie Joly, a déclaré qu'elle comprenait les préoccupations de l'association et qu'elle comptait trouver d'autres solutions, peut-être par le biais d'agences de développement régional.

Il existe également d'autres programmes pour offrir des prêts sans intérêt et des subventions non remboursables aux entreprises autochtones et faciliter leur accès au capital.

Le budget libéral prévoyait une injection de 1 milliard $ sur trois ans, à compter de cet exercice, pour le secteur touristique en général, aux prises avec une pénurie de voyageurs, surtout étrangers, et des mesures de santé publique qui ont obligé les festivals à annuler leurs événements.

Une partie de l'argent du budget servira à couvrir les coûts de «solutions innovantes» pour se connecter aux festivaliers et aider les centres-villes, durement touchés par extension, a précisé la ministre Joly. «Il n'y aura pas de redémarrage fort de nos centres-villes au pays s'il n'y a pas un redémarrage fort du tourisme», a-t-elle soutenu en entrevue.

Des PME en régions éloignées

Selon Mme Joly, le plan du gouvernement visant à promouvoir les voyages, une fois qu'ils redeviendront sûrs, sera d'abord axé sur les régions, puis au sein des provinces, avant de se tourner vers les touristes étrangers. La ministre souligne la nécessité d'aider des endroits comme le nord de l'Ontario et des secteurs du Nouveau-Brunswick ou du Yukon qui dépendent des touristes américains.

Or, c'est précisément dans ces régions nordiques, rurales ou éloignées que l'on retrouve de nombreuses entreprises touristiques détenues ou exploitées par des Autochtones.

L'Association touristique autochtone du Canada affirme que le secteur comptait environ 1900 entreprises et quelque 40 000 employés avant la pandémie. La COVID-19 soulève maintenant la nécessité d'un plan de rétablissement qui soit mené par les Autochtones, croit le PDG de l'association, Keith Henry. «On a perdu 30 ans de progrès à cause de la COVID: avec ce budget fédéral, on en rajoute encore», selon lui.

Les libéraux avaient lancé l'an dernier un programme de 16 millions $ qui a permis à l'association de verser 25 000 $ de subventions à des centaines d'entreprises pour les maintenir à flot.

Mais selon M. Henry, bon nombre des programmes d'aide aux entreprises existants ne sont pas facilement accessibles par les entreprises représentées par son association, c'est pourquoi elle avait demandé à Ottawa 68 millions $, aux côtés de ses partenaires provinciaux et territoriaux, dont Tourisme Autochtones Québec.

M. Henry soutient que son association s'apprête à mettre à pied des employés, à cause des lacunes de ce budget fédéral.