De nouveaux citoyens canadiens prêtant serment

Le revenu des Néo-Canadiens augmente avec les années

Même s'ils ont généralement un revenu modeste en arrivant au pays, les immigrants et les réfugiés peuvent s'attendre à une amélioration de leurs conditions avec le temps, selon de nouvelles données de Statistique Canada.
L'agence fédérale a indiqué qu'une cohorte d'immigrants arrivée au pays en 2003 avait déclaré un revenu médian de 15 800 $ par année en 2004. Or, en 2008, le revenu médian de ces mêmes personnes s'élevait à 26 000 $ et, cinq ans plus tard, à 32 000 $.
Du côté des réfugiés, le revenu déclaré est passé de 13 800 $ en 2004 à 23 000 $ en 2013.
En 2013, le revenu médian des immigrants arrivés au Canada depuis 1980, toutes catégories confondues, était d'environ 32 000 $.
Le revenu des Néo-Canadiens varie d'ailleurs selon leur statut lorsqu'ils sont admis au pays. Sans surprise, ce sont les immigrants récemment diplômés qui travaillent au Canada, ainsi que ceux de la catégorie des travailleurs qualifiés, qui gagnent les revenus les plus élevés. Ces deux types d'immigrants ont rapporté des revenus médians respectifs de 49 000 $ et 48 000 $ en 2013.
En revanche, les immigrants venant rejoindre leurs familles et les réfugiés ont déclaré des revenus médians de 29 000 $ la même année.
Statistique Canada a également documenté dans son rapport la rétention des immigrants déclarants - ceux qui remplissent un rapport d'impôt - par province. En Alberta, 96 pour cent des immigrants admis ont déclaré leurs revenus dans cette province. En Ontario, 94 pour cent d'entre eux étaient restés.
Dans les Maritimes, il semble y avoir plus de mouvement. À l'Île-du-Prince-Édouard, seulement 43 pour cent des immigrants admis avaient déclaré leurs impôts dans la province et à Terre-Neuve-et-Labrador, 68 pour cent. En Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick, on estime que 70 et 78 pour cent des Néo-Canadiens étaient demeurés dans la province.