Le groupe immobilier Immostar souhaite bâtir un complexe qui viendra bonifier l'offre de services du Madrid 2.0, qui compte un Saint-Hubert Express, un McDonald's et un Couche-Tard.

Le proprio du Madrid 2.0 voit grand

Le groupe immobilier Immostar souhaite construire «la plus importante halte routière au Canada» du côté sud de l'autoroute 20, devant l'établissement du Madrid 2.0, a appris Le Soleil.
L'associé et vice-président chez Immostar, François Pelchat, s'est avancé mercredi sur ce projet que caresse l'entreprise depuis quelques années. L'objectif du promoteur est d'inaugurer les nouveaux locaux d'ici cinq ans.
«Plusieurs options sont sur la table pour le complexe comme un hôtel [d'au moins 50 chambres], des salles de congrès, des restaurants et un imposant stationnement. On voudrait aussi devenir une vitrine pour les produits québécois», affirme l'homme d'affaires, précisant qu'il y a une forte demande pour ce type d'offres dans le secteur. «C'est ce que les gens demandent. Et on le voit avec les ventes réalisées au Madrid 2.0», poursuit-il.
En 2011, rappelons qu'Immostar s'était porté acquéreur pour 4 millions $ du mythique restaurant le Madrid et de ses dinosaures situés à la sortie 202 de l'autoroute Jean-Lesage, à Saint-Léonard-d'Aston, à mi-chemin entre Québec et Mont­réal. Déjà, l'entreprise évoquait la possibilité d'une deuxième phase pour le secteur. 
Afin de moderniser le complexe d'une superficie de 15 000 pieds carrés, Immostar avait investi 9 millions $. La partie hôtel avait alors été sacrifiée.
Une situation que le promoteur envisage maintenant de corriger avec son nouveau complexe basé à quelques jets de pierre, soit de l'autre côté du viaduc où il détient un terrain d'environ 400 000 pieds carrés.
«C'est un site incroyable. Nous travaillons actuellement pour obtenir un changement de zonage sur une partie du terrain», explique M. Pelchat. «Présentement, nous réalisons des études afin de savoir ce que les gens aimeraient avoir à cet endroit. Nous sommes dans l'analyse du projet. Souvent, notre clientèle nous indique qu'elle doit traverser le viaduc pour venir au Madrid 2.0. On sait qu'il y a une demande», poursuit-il.
Immostar souhaite bâtir un complexe qui viendra bonifier l'offre de services du Madrid 2.0, qui compte un Saint-Hubert Express, un McDonald's et un Couche-Tard. En 2013, le groupe avait confié à plusieurs médias vouloir un centre d'interprétation du fromage et des produits du terroir du côté sud de l'autoroute 20. Un projet qui n'a toujours pas vu le jour. 
«Les goûts des gens changent. On voudrait offrir une diversité au niveau de la restauration pour attirer les personnes qui n'arrêtent pas, car ils n'ont pas le goût de nos produits», avance le vice-président. «Il y a aussi un manque dans le secteur. Souvent, lorsque les entreprises organisent des rencontres entre des employés de Québec et de Montréal, ils dorment à Drummondville. Pourquoi ne pas organiser ces événements près de l'autoroute?» demande-t-il.  
Secteur convoité
Ce n'est pas la première fois qu'un promoteur veut développer une importante halte routière du côté sud de l'autoroute 20. En 2013, l'ancien propriétaire du Madrid, Richard Arel, avait avancé la possibilité de créer à Notre-Dame-du-Bon-Conseil la plus grosse halte routière au Canada. Un projet nommé Complexe Big Foot 200 situé sur un terrain d'une superficie de deux millions de pieds carrés. Actuellement, le complexe d'envergure le plus proche du Madrid 2.0, au sud de l'autoroute 20, est justement situé à Notre-Dame-du-Bon-Conseil. On y retrouve entre autres l'Hôtel-Motel 4 Saisons.
Par ailleurs, Immostar, qui était cofondateur de la société de commandites Aires de service Québec, indique que la poursuite de 55 millions $ contre le ministère des Transports du Québec dans le cadre du partenariat public-privé pour la construction et la gestion de sept haltes routières est toujours devant les tribunaux.