Ciment McInnis, une compagnie formée par l'homme d'affaires Laurent Beaudoin, est à la tête du projet de cimenterie à Port-Daniel.

Le projet de cimenterie à Port-Daniel officiellement annoncé

Pour mener à terme le projet de cimenterie de Port-Daniel, le président de Beaudier, Laurent Beaudoin, le président de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Michael Sabia, et leurs équipes ont établi un montage financier qui prévoit la création d'une nouvelle société dans laquelle les deux groupes seront actionnaires.
Cette société détiendra 51 % du projet de Ciment McInnis. Beaudier sera majoritaire. Le conglomérat de Laurent Beaudoin investira 150 millions $, comparativement aux 100 millions $ engagés par la Caisse de dépôt et placement.
Investissement-Québec injecte aussi 100 millions $ sous forme de capital-actions, en plus des 250 millions $ prêtés, «au taux d'intérêt du marché», a bien spécifié la première ministre Pauline Marois. Michael Sabia a indiqué qu'Investissement-Québec détiendra 24 % de Ciment McInnis.
Laurent Beaudoin a mentionné que «d'autres actionnaires privés» détiendront 25 % de Ciment McInnis. Il ne les a pas nommés. Guy Rousseau, de Cimbec Canada, premier promoteur sérieux du projet de cimenterie de Port-Daniel, avait mentionné au Soleil il y a deux ans avoir gardé un intérêt minoritaire.
M. Beaudoin a ajouté vendredi que la structure de financement est composée de 500 millions $ de capital ordinaire et de 525 millions $ de dette bancaire. C'est la Banque Nationale qui supervise cet aspect.
La cimenterie en chiffres
Les premiers rapports détaillés du gisement calcaire de l'Anse-à-la-Loutre, le secteur de Port-Daniel où seront établies la carrière et la cimenterie, remontent à 1981. Le promoteur Guy Rousseau, originaire de Rimouski, a commencé à s'intéresser au projet en 1991, avant d'y consacrer plus de temps dès l'année suivante.
Le projet présenté vendredi aurait une capacité de 2,2 millions de tonnes de poudre de ciment par année, et atteindrait jusqu'à 2,5 millions de tonnes dans des conditions optimales. C'est le double de la capacité du projet des années 90.
Combien d'emplois le projet créera-t-il? Les chiffres varient. Depuis que Beaudier s'est engagé dans l'initiative, en décembre 2011, il a généralement été question de 100 à 150 emplois dans la cimenterie proprement dite, et de 600 emplois durant la construction, qui pourrait débuter au printemps 2014 et s'échelonner jusqu'au printemps 2016.
Les chiffres les plus récents, établis par la firme Stratem, font état de 2315 emplois au Québec pendant la construction, ce qui inclut le logement et la restauration de tous les travailleurs associés au projet, où qu'ils soient. Le document fait état de 400 emplois «directs et indirects» pendant l'exploitation de l'usine.
Gonflette électorale? Pauline Marois a refusé d'associer l'annonce de vendredi à une pré-campagne, disant que le projet mijotait depuis longtemps.
Le gisement calcaire de Port-Daniel est situé le long de la baie des Chaleurs. Le ciment pourra quitter l'usine directement par navire, le mode de transport le plus économique pour le vrac.