Outre la crise entourant le 737 Max, qui subissait son premier écrasement en octobre 2018, Boeing a annoncé d’autres pépins au sujet de deux avions plus gros. Il réduira ainsi la production mensuelle du 787 et repoussera la livraison de sa nouvelle version du 777 au début de 2021.

Le profit de Boeing plonge avec la hausse des coûts liés aux 737 Max

DALLAS — Les profits de Boeing ont chuté de 51 % au troisième trimestre, alors que l’avionneur enregistrait des coûts supplémentaires de 900 millions $US liés à son avion 737 Max et que les livraisons de nouveaux avions étaient en chute libre par rapport à l’an dernier.

L’entreprise de Chicago a annoncé mercredi avoir mis au point un logiciel de contrôle de vol et un programme de formation des pilotes pour le Max, et s’attend à ce que l’examen réglementaire de ces correctifs débute au quatrième trimestre.

Boeing s’est en outre attaquée aux craintes entourant une éventuelle fermeture temporaire de sa chaîne d’assemblage pour le Max, près de Seattle, en cas de prolongation de l’interdiction de vol qui vise cet appareil. La société a ainsi indiqué qu’elle augmenterait la production des 737 unités, la faisant passer de 42 avions par mois à 57 avions par mois d’ici la fin de l’année prochaine.

Le calendrier de Boeing pour le retour en activité du Max, après les deux écrasements qui ont fait 346 morts, s’est déjà révélé trop optimiste à plusieurs reprises. Il y a quelques semaines, le chef de la direction, Dennis Muilenburg, avait prédit que l’avion reprendrait son envol vers le mois d’octobre.

Outre la crise entourant le 737 Max, qui subissait son premier écrasement en octobre 2018, Boeing a annoncé d’autres pépins au sujet de deux avions plus gros. Il réduira ainsi la production mensuelle du 787 et repoussera la livraison de sa nouvelle version du 777 au début de 2021.

Le bénéfice net de Boeing est tombé à 1,17 milliard $US au plus récent trimestre, contre 2,63 milliards $US un an auparavant. Le bénéfice par action ajusté s’est chiffré à 1,45 $US, ce qui était largement inférieur à celui de 2,04 $US par action attendu par les analystes, selon les prévisions recueillies par Zacks Investment Research.

Les revenus se sont élevés à 19,98 milliards $US, ce qui était supérieur au chiffre d’affaires attendu par les analystes, mais inférieur de 21 % à celui du même trimestre l’an dernier. Les livraisons d’avions commerciaux se sont dénombrées à 62 appareils au troisième trimestre, contre 190 l’an dernier, alors que le Max est cloué au sol partout dans le monde depuis sept mois.

Sans les liquidités provenant des livraisons du 737, les flux de trésorerie de Boeing sont passés de 4,1 milliards $US il y a un an à un solde négatif de 2,9 milliards $US, et la société a contracté une nouvelle dette de 5,5 milliards $US.

Boeing a annoncé mardi qu’elle remplaçait le dirigeant responsable du secteur des avions commerciaux, Kevin McAllister. La société n’a pas expliqué sa décision, mais la division de M. McAllister a été ébranlée par l’immobilisation des Max, l’apparition inattendue de fissures structurelles dans des dizaines de plus vieux 737, l’échec d’un test de sécurité pour le 777X en développement et la faiblesse des ventes du 787 Dreamliner.