Jean-Nicolas Guillemette

Le patron québécois d'Uber quitte son poste

MONTRÉAL — Après avoir été le dirigeant d'Uber au Québec pendant plus de quatre ans, Jean-Nicolas Guillemette a décidé de quitter ses fonctions au sein de la multinationale en citant des raisons familiales.

Père de trois jeunes enfants, l'homme de 35 ans a indiqué, mardi, par l'entremise d'une déclaration, vouloir consacrer les prochains mois à son «rôle de père» et retrouver sa famille.

M. Guillemette a été une figure très médiatisée dans le cadre du débat ayant mené à l'implantation d'un projet pilote au Québec, ce qui a permis à la controversée multinationale de poursuivre ses activités dans la province.

Celui-ci a dit avoir la «confiance absolue» que l'équipe d'Uber a «tous les outils» afin de poursuivre «le travail entamé il y a quatre ans».

Le plus récent budget déposé par le ministre des Finances, Carlos Leitao, confirmait que le projet pilote actuellement en vigueur avec Uber, qui devait prendre fin à l'automne, serait prolongé d'une année supplémentaire.

En échange, le gouvernement Couillard compte notamment offrir 250 millions $ aux titulaires de permis de taxi pour la perte de valeur de leurs permis.

Dorénavant, les activités quotidiennes d'Uber au Québec seront dirigées par Virinder Kudhail, l'actuel bras droit de M. Guillemette. Pour sa part, Jean-Christophe de Le Rue deviendra le porte-parole québécois de la multinationale en plus d'être responsable des relations gouvernementales.