À droite, sur la photo, Serge Yelle, directeur général de la compagnie IDC Dermo, en compagnie de ses nouveaux partenaires chinois. Derrière, dans l'ordre, l'ambassadeur du Canada en Chine, John McCallum, le premier ministre Philippe Couillard, le ministre délégué aux PME Stéphane Billette, et le représentant du Québec en Chine, Jean-François Lépine.

Le marché chinois s'ouvre à IDC Dermo

IDC Dermo réalise une percée en Chine.

L’entreprise de Québec spécialisée dans les soins dermocosmétiques vient de conclure une entente de distribution avec la plateforme de commerce électronique VIPShop International  pour la vente de ses produits dans ce grand pays de plus de 1,3 milliard d’habitants.

Il s’agit d’une entente d’une durée de cinq ans valant plusieurs millions de dollars pour l’entreprise fondée, il y a 10 ans, par les frères Luc et Éric Dupont qui ont aussi mis au monde, dans le passé, les sociétés AEterna Zentaris et Atrium Innovations.

Avec ce contrat en poche, IDC Dermo sera en mesure de créer de nouveaux emplois à son siège social à Québec ainsi que chez son fabricant de produits finis à Montréal.

Au Soleil, le directeur général d’IDC Dermo, Serge Yelle, raconte que les pourparlers avec VIPShop International ont débuté il y a déjà plusieurs mois.

Les nouveaux partenaires d’affaires ont profité de la mission économique en Chine pilotée par le premier ministre Philippe Couillard pour annoncer l’entente qui marque une étape importante dans la stratégie de l’entreprise québécoise d’étendre ses marchés.

Au Québec, la gamme de produits dermocosmétiques d’IDC Dermo est disponible dans plus de 1000 points de vente. Ses produits sont aussi commercialisés en France et en Inde. Les États-Unis et l’Europe sont les prochaines destinations d’IDC Dermo qui propose des soins dermocosmétiques formulés à partir d’une technologie exclusive brevetée — le REGEN (16) — qui cible simultanément les 16 causes physiologiques responsables du vieillissement de la peau.

«Pour l’industrie des cosmétiques, la Chine est un marché incontournable. La demande pour les produits qui, comme les nôtres, sont à la fine pointe de la recherche scientifique est grande», explique M. Yelle que Le Soleil a pu joindre, mercredi, en Chine.

Dans le cadre de la mission économique, Serge Yelle a multiplié les rencontres avec d’autres plateformes de commerce électronique chinoises. Il n’écartait pas la possibilité que d’autres ententes commerciales soient annoncées d’ici la fin de la mission.

Visite chez Alibaba

Mercredi, en compagnie de l’ensemble de la délégation québécoise,  il a eu l’occasion d’aller visiter les installations «gigantesques et impressionnantes» d’Alibaba, le géant du commerce électronique. «Nous discutons avec les gens d’Alibaba», a-t-il précisé.

C’est donc par l’entremise du commerce en ligne qu’IDC Dermo fait son entrée en Chine. La présence de ses crèmes et de ses nettoyants sur les tablettes des pharmacies et des boutiques spécialisées est prévue pour 2019.

«Il y a une procédure obligatoire d’enregistrement à suivre pour obtenir l’autorisation de vendre ses produits dans un lieu physique en Chine. L’année 2018 sera consacrée à l’obtention de cet enregistrement», a expliqué Serge Yelle.

De concert avec Rice Dépôt, son partenaire distributeur en sol chinois, IDC va déployer une stratégie de marketing pour ce marché, notamment en identifiant des influenceurs qui vont relayer la marque québécoise.