Le Groupe TAQ a inauguré son nouveau bâtiment construit au coût de 14 millions $ sur la rue Rideau. Il en a profité pour annoncer qu’il investirait 1,1 million $ pour un agrandissement additionnel de 15 000 pieds carrés et qu’il prévoyait créer 225 emplois, dont 150 pour des personnes handicapées.

Le Groupe TAQ créera 225 emplois [VIDÉO]

Au moment d’inaugurer son nouveau bâtiment construit au coût de 14 millions $ sur la rue Rideau, le Groupe TAQ, une entreprise adaptée en place depuis 40 ans, a annoncé qu’elle investirait 1,1 million $ pour un agrandissement additionnel de 15 000 pieds carrés et qu’elle prévoyait créer 225 emplois, dont 150 pour des personnes handicapées, au cours des cinq prochaines années.

L’entreprise embauche présentement 300 personnes, dont 200 sont des handicapés, et réalise des contrats pour près de 400 clients, dont une trentaine de contrats de sous-traitance pour des clients réguliers, ce qui inclut une dizaine de clients majeurs. Par exemple, TAQ trie le courrier pour SSQ depuis 25 ans, prépare les colis pour la maison Simons et effectue des activités de production pour les Biscuits Leclerc et Chocolats Favoris. Le nouveau bâtiment portera le nom d’André Des Rochers, président du conseil d’administration du Groupe TAQ et engagé dans la mission de l’entreprise adaptée depuis le tout début. 

«Ce sont quatre usines que nous avons réunies ici», illustre le directeur général du Groupe TAQ, Gabriel Tremblay, en parlant du nouveau siège social qui fait 115 000 pieds carrés. Seules les opérations sans arachide de Saint-Augustin-de-Desmaures ne seront pas sous le même toit, qui loge aussi l’organisme Intégration TSA dont la mission est l’intégration au travail des jeunes adultes autistes.

Main d’œuvre

Le nouveau bâtiment est muni de 10 quais de chargement, de zones dédiées à l’emballage et à la manutention des colis de Simons, d’une ligne de production de Biscuits Leclerc, d’aires pour les solutions postales et d’autres pour les secteurs alimentaire et pharmaceutique qui connaissent une forte progression. Il comprend aussi une grande salle de formation, des espaces de détente et de socialisation et une cafétéria éventuellement appelée à solutionner une partie de la pénurie de main-d’oeuvre que connaît l’industrie de la restauration.

Car pour M. Tremblay, le Groupe TAQ est aussi une solution à la rareté de la main-d’œuvre en plus de sa mission de favoriser l’intégration à l’emploi des personnes handicapées. «Depuis cinq ans, nous avons transformé TAQ en une entreprise performante, humaine et rentable. Et si vous voulez parler de recrutement, l’automne dernier j’avais 20 personnes à embaucher et j’y suis arrivé en trois semaines. Vous savez, il y a 120 000 personnes handicapées sur l’aide sociale au Québec. Quand l’une d’entre elles veut travailler et qu’on l’intègre dans une entreprise comme la nôtre, ça ne coûte rien à la société, bien au contraire», illustre-t-il. 

Présent lors de l’inauguration, Charles Auger, vice-président des opérations de Chocolats Favoris, a d’ailleurs raconté comment le partenariat avec le Groupe TAQ avait aidé l’entreprise dans son expansion. «Quand je suis arrivé chez Chocolats Favoris, [le pdg] Dominique Brown, m’a confié le mandat d’amener nos fondues au chocolat dans tous les IGA de la province. Sans TAQ, jamais nous n’aurions réussi à compléter ce mandat en six mois comme nous l’avons fait», a-t-il louangé.

Aide gouvernementale

Gabriel Tremblay a également remercié le gouvernement de François Legault, dont la vice-première ministre Geneviève Guilbault était présente à l’inauguration et a annoncé un financement supplémentaire de 500 000 $ à l’entreprise adaptée. 

«On avait reçu 750 000 $ auparavant pour notre projet d’agrandissement de 14 millions $ et maintenant, on a 500 000 $ pour un agrandissement de 1,1 million $. Avec la nouvelle stratégie pour l’intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées annoncé dans le dernier budget du gouvernement du Québec, nous pourrons aller encore plus loin», explique-t-il.

Il faut dire qu’en octobre, le Groupe TAQ avait dû refuser les offres d’au moins trois partenaires de la région de Québec, faute d’espace et de travailleurs, des clients potentiels qui font maintenant affaire avec des entreprises de Montréal. «Présentement, il y a un plafond de 500 emplois adaptés subventionnés dans la région de Québec et nous en avons 148. Dans un monde idéal, ce serait comme en Belgique et il n’y aurait pas de plafond. Pourquoi ne pas déplafonner le nombre d’emplois et que l’argent soit là pour toute personne handicapée qui souhaite travailler?», suggère M. Tremblay en terminant.