Il n’y a pas si longtemps, soit en 2017, l’entreprise dirigée par Louis Roy (photo) dépassait les 1000 cerveaux. Cette année-là, le Groupe Optel avait remercié plus de 200 personnes et la compagnie avait également reçu un prêt de 68 millions $CAD du Mouvement Desjardins afin de développer de nouveaux marchés.

Le Groupe Optel supprime 80 postes

Une diminution des prévisions des ventes force la direction du Groupe Optel à supprimer environ 80 postes dans ses installations en Irlande et dans ses bureaux à Québec, a appris Le Soleil.

Les employés ont appris la mauvaise nouvelle, mercredi. Dans la capitale, les coupes étaient effectives immédiatement.

«Les gens quittent aujourd’hui, mais il y a des indemnités de départ», assure la responsable aux communications, Érica Boisvert. «Pour l’Irlande, en raison des lois du pays, c’est différent. Durant 30 jours, comme employeur, nous devons négocier avec les travailleurs afin de voir si on ne pourrait pas les relocaliser ailleurs. C’est une obligation», poursuit-elle, tenant à remercier les personnes touchées. 

Au total, une quarantaine de travailleurs permanents à Québec, dont une dizaine de personnes qui occupaient des emplois contractuels, se retrouvent au chômage. 

En Irlande, ce sont 39 personnes qui perdront leur gagne-pain au cours du mois de février. Cela représente une diminution d’environ 9 % de l’effectif total du groupe.

Le Groupe Optel, qui se spécialise dans le développement et la fabrication de solutions d’inspection, explique sa décision d’affaires par une «adaptation» aux besoins de ses clients dans les marchés pharmaceutique, médical et alimentaire.

«Cela ne reflète toutefois pas la réalité. Il y a plusieurs opportunités dans le domaine pharmaceutique, des équipements médicaux, de l’alimentation et des ressources naturelles. Nous sommes toujours convaincus que les technologies de traçabilité dans ces secteurs répondent à un besoin croissant dans le monde», note Mme Boisvert. «Là, nous devons nous adapter aux besoins de nos clients», poursuit-elle, précisant que cela complète la réorganisation à l’interne. 

Dans son plan de restructuration, la compagnie prévoit aussi transférer à Québec au cours des prochaines semaines une partie du travail qui était jusqu’à présent réalisé en Irlande. Aucun nouveau poste ne sera toutefois créé.

«Nous transférons l’ensemble de notre production manufacturière. Optel Québec va desservir l’Europe et l’Amérique du Nord d’un point de vue manufacturier», explique Mme Boisvert. «On ne parle pas ici d’une fermeture. On va maintenir notre service de proximité avec les clients et la conception de leurs solutions. Nous avons encore de l’intérêt pour développer l’Europe. Et pour y parvenir, il faut être présent», poursuit-elle.

Cette dernière mentionne qu’une cinquantaine de paires de bras vont continuer de travailler dans les installations en Irlande.

Mercredi, un programme d’aide aux employés licenciés a été mis sur pied par la direction afin qu’ils puissent se retrouver un gagne-pain le plus rapidement possible.

Rappelons que la compagnie avait augmenté de 7,5 % le salaire de ses programmeurs en 2018 afin de conserver ses talents. 

Avec ces coupes, l’entreprise du Parc technologique du Québec métropolitain compte maintenant 770 employés à travers le monde, dont environ 510 à Québec. La compagnie a aujourd’hui un chiffre d’affaires de plus de 100 millions $.

Le Groupe Optel vend des produits partout sur la planète et possède des bureaux à Québec, ainsi qu’en Irlande, en Inde et au Brésil.

Il n’y a pas si longtemps, soit en 2017, l’entreprise dirigée par Louis Roy dépassait les 1000 cerveaux. Cette année-là, le Groupe Optel avait remercié plus de 200 personnes et la compagnie avait également reçu un prêt de 68 millions $CAD du Mouvement Desjardins afin de développer de nouveaux marchés.