La chaîne de cafés américaine Starbucks va embaucher 10 000 réfugiés à travers le monde dans les cinq prochaines années, en réponse au décret anti-immigration controversé pris par le président Donald Trump.

Le grand patron de Starbucks démissionne

Le chef de la direction de Starbucks, Howard Schultz, quittera son poste à la tête de la chaîne de cafés à laquelle il s'est joint il y a plus de 30 ans et qu'il a transformée en marque mondiale.
M. Schultz deviendra en avril le président exécutif de l'entreprise, et il se concentrera sur les activités liées à l'innovation et à l'impact social de la chaîne établie à Seattle.
Kevin Johnson, qui avait été nommé l'an dernier président et chef de l'exploitation de Starbucks, deviendra chef de la direction à compter du 3 avril.
M. Schultz, âgé de 63 ans, est considéré comme le principal responsable du redressement de Starbucks depuis qu'il en a repris les rênes en 2008. Il a notamment supervisé l'expansion de la chaîne de restauration et la croissance de son populaire programme de fidélisation et de son application mobile.
La société a attribué la solide croissance de ses ventes aux États-Unis à son application et au programme de récompenses, même si son expansion a ralenti plus récemment.
M. Johnson, âgé de 56 ans, deviendra responsable des activités mondiales de la société. Il a oeuvré pendant des années au sein de sociétés technologiques - il a notamment passé 16 ans chez Microsoft et cinq autres en tant que chef de la direction chez Juniper Networks. Il s'est joint au conseil de Starbucks en 2009.