La société mère de la chaîne de cafés, Tim Hortons estime que les intempéries hivernales du trimestre clos le 31 mars ont entraîné un ralentissement d’environ 1 % des ventes comparables.

Le froid hivernal a ralenti les ventes chez Tim Hortons

Le temps froid et une promotion en perte de popularité ont ralenti les ventes des succursales canadiennes de Tim Hortons au cours du plus récent trimestre, a observé lundi le chef de la direction de la société mère de la chaîne de cafés, Restaurant Brands International (RBI).

Les ventes dans les cafés Tim Hortons ouverts depuis au moins un an ont diminué de 0,6 % dans le monde et de 0,4 % au Canada. La société n’offre qu’une ventilation par pays pour les ventes comparables de ses chaînes de restauration.

«Je déteste utiliser la météo comme une excuse», a affirmé lundi le chef de la direction Jose Cil, qui vient de compléter son premier trimestre complet à la tête de la direction de l’entreprise, lors d’une conférence téléphonique avec les investisseurs.

La société estime que les intempéries hivernales du trimestre clos le 31 mars ont entraîné un ralentissement d’environ 1 % des ventes comparables.

«Dérrroule le rebord» en perte de vitesse

Les problèmes météorologiques ont débuté à la mi-janvier et ont duré jusqu’à la fin février, a souligné Alex Macedo, président de Tim Hortons, lors d’une entrevue après la conférence téléphonique, ce qui a eu une incidence sur la performance partout au Canada.

La baisse de popularité du concours «Dérrroule le rebord pour gagner» a également contribué au recul des ventes.

RBI avait déjà commencé à observer une diminution de l’efficacité du programme l’année dernière, a expliqué M. Cil, et a décidé d’étendre le nombre de lots pour l’édition de 2019. Toutefois, cet investissement supplémentaire n’a pas généré l’engagement attendu par la société et a entraîné une baisse des ventes comparables d’environ 0,5 % au cours du trimestre.

«Il est devenu évident pour nous qu’il faut une approche moderne et nouvelle pour engager nos clients de manière plus forte à l’avenir», a-t-il admis. Une équipe travaille au redémarrage du programme pour l’année prochaine, qui comprendra une intégration numérique.»

Règlement avec les franchisés

Les ventes comparables des deux autres chaînes de la société ont été positives. Les ventes des restaurants Burger King ouverts depuis au moins un an ont augmenté de 2,2 %, tandis que celles des établissements Popeyes ont grimpé de 0,6 %.

M. Cil a souligné que la société ne croyait pas que le recul des ventes comparables de Tim Hortons reflétait fidèlement la vigueur sous-jacente de l’activité canadienne, et qu’elle s’attendait à ce que ses ventes comparables d’avril grimpent d’environ 1,5 %.

Il a salué les avantages du plan «Gagnons ensemble» de l’entreprise, qui fournit les éléments de base d’une croissance à long terme. RBI a lancé la stratégie en avril 2018 alors que la société mère se battait contre un groupe de franchisés mécontents qui critiquaient la direction, notamment en intentant de nombreuses poursuites contre la société mère.

Ces batailles juridiques se sont terminées lundi lorsqu’un juge de la Cour supérieure de justice de l’Ontario a approuvé un projet de règlement pour deux actions collectives intentées par des franchisés canadiens de Tim Hortons contre RBI.

«L’accord de règlement est juste, raisonnable et dans l’intérêt du groupe», a écrit le juge, selon des documents de la cour.

Aucun des quelque 1500 franchisés canadiens Tim Hortons ne s’est retiré du règlement proposé, a-t-il noté. Un seul franchisé, Eric Sanderson, s’est opposé à l’extérieur du processus officiel de retrait, en envoyant une lettre au tribunal.

Dans sa missive «réfléchie et bien articulée», M. Sanderson s’inquiète du fait que la Great White North Franchisee Association, qui a été créée pour donner la parole aux franchisés inquiets, n’a pas été officiellement reconnue et que les membres actuels du conseil d’administration de la GWNFA, dont lui-même, pourraient bien ne jamais être remplacés parce que d’autres franchisés ne voudront pas jouer un rôle contradictoire, selon des documents judiciaires.

Même si le juge a estimé que ses objections soulevaient des préoccupations légitimes, elles «ne sont pas de nature à miner» l’accord.

Profits en baisse

Restaurant Brands International a affiché un bénéfice du premier trimestre en baisse de 8,8 % par rapport à la même période l’an dernier, les ventes des cafés Tim Hortons ouverts depuis au moins un an ayant retraité.

La société a réalisé un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 135 millions $ US, ou 53 cents US par action, pour le trimestre clos le 31 mars, comparativement à un profit de 148 millions $ US, ou 59 cents US par action, un an plus tôt.

Sur une base ajustée, la société mère des chaînes Tim Hortons, Burger King et Popeyes a engrangé un bénéfice de 255 millions $ US, soit 55 cents US par action, pour le plus récent trimestre. L’an dernier, ce profit ajusté avait été de 314 millions $ US, ou 66 cents US par action.

Les analystes s’attendaient en moyenne à un bénéfice de 58 cents US pour le trimestre, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters Eikon.

Les revenus trimestriels de Restaurant Brands ont atteint près de 1,27 milliard $ US, alors qu’ils avaient été de 1,25 milliard $ US un an plus tôt.