Les emplois du secteur public en revanche ont diminué pour la première fois en quatre mois (-4000).

Le chômage tombe à 3,9% aux États-Unis

WASHINGTON - Le taux de chômage aux Etats-Unis est tombé en avril à 3,9%, au plus bas depuis 17 ans, malgré des créations d’emplois un peu moins bonnes que prévues, selon les chiffres du département du Travail publiés vendredi.

L’économie a créé 164 000 nouveaux emplois, alors que les analystes s’attendaient à 190 000. La baisse de deux dixièmes de point du taux de chômage, au plus bas depuis décembre 2000, s’explique en partie par une réduction du taux de participation au marché du travail.

Après être resté pendant 6 mois au niveau de 4,1%, le taux de chômage est finalement passé sous la barre des 4% non seulement grâce aux embauches soutenues d’une économie qui tourne à son plein régime mais encore pour une raison technique: une diminution en avril du nombre de personnes sur le marché de l’emploi. Le taux de participation a baissé de 0,1 point à 62,8%, le taux le plus faible depuis quatre mois.

Les analystes s’attendaient à ce que le taux de chômage s’établisse à 4%.

Le nombre de chômeurs est descendu à 6,3 millions tandis que celui des personnes ne trouvant qu’un travail à temps partiel reste obstinément à 5 millions.

À 6,6%, le taux de chômage parmi les noirs, même s’il reste proche du double de celui des blancs (3,6%), est tombé au plus bas depuis 1972.

Le gouvernement a par ailleurs révisé en hausse le chiffre des créations d’emplois du mois de mars avec 135 000 nouvelles embauches contre 103 000 initialement annoncées.

Parmi les secteurs qui ont le plus embauché en avril figurent les services aux entreprises (54 000). L’emploi manufacturier reste relativement soutenu (24 000), de même que dans les services de santé (24 000 également).

L’emploi du secteur minier (charbon, pétrole) est stable avec 8000 nouvelles embauches.

Le bâtiment qui était tombé dans le rouge en mars a rebondi (17 000).

Les emplois du secteur public en revanche ont diminué pour la première fois en quatre mois (-4000).

Le salaire horaire moyen n’a guère augmenté sur le mois (à peine +0,2%, soit 4 cents à 26,84 dollars).

Sur douze mois, son évolution est redescendue à 2,6%, sans compter l’inflation qui, selon l’indice CPI ajusté des données saisonnières, a avancé de 2,4% sur la même période.